France Active amplifie son soutien auprès des jeunes


Paris, le 20 septembre 2021

Plus de 40% des jeunes veulent créer leur entreprise, selon le sondage “jeunes et engagement” réalisé par France Active et OpinionWay en 2020.
Le Pacte Création de France Active soutient, avec l’appui de ses partenaires, FAPE EDF, le Réseau de Transport d’Electricité, le fonds solidaire MAIF, la FAPE ENGIE, la fondation Jean Duval, la création d’entreprise pour les moins de 25 ans, notamment ceux éloignés de l’emploi.

Dans le cadre du Plan Relance du Gouvernement, France Active annonce le renforcement de son soutien avec une offre de services qui va permettre d’amplifier encore son action auprès des jeunes.

Depuis le début de la crise, près de 1000 jeunes de moins de 30 ans ont été accompagnés dans le cadre du Pacte Création de France Active. (Cf les portraits des 5 entrepreneurs Coup de cœur de l’année ci-après.) Au total, 30% des projets d’entreprise soutenus par sont portés par des jeunes grâce à des offres spécifiques comme la mise en place d’une garantie bancaire spéciale jeunes qui permet d’accéder à des prêts sans caution personnelle avec une garantie d’emprunt bancaire allant jusqu’à 80 % du montant du prêt.

Aujourd’hui, France Active annonce le renforcement de son Pacte Création auprès des jeunes, et notamment ceux qui sont sans emploi et/ou issus des Quartiers Prioritaires de la Ville, dans le cadre de l’appel à projet Inclusion par le travail indépendant porté par le Ministère du Travail.
Ces jeunes ayant un projet de création d’entreprise ou pour qui un tel projet pourrait être la solution pour concrétiser un projet professionnel peuvent bénéficier :

  • de solutions de financement et des garanties de France Active
  • d’un Pacte création enrichi sur 3 axes : pédagogie financière, protection sécurisation, sensibilisation au numérique.
  • D’une prime de 3 000 € pour faciliter le lancement de leur projet.

Pierre-René LEMAS

Président de France Active

L’insertion par l’activité économique est un maillon essentiel de toute économie qui se veut inclusive et durable. Les jeunes, plus durement touchés par le chômage mais également plus motivés par l’envie d’entreprendre que toute autres catégories d’âge, constituent une cible très importante pour France Active. C’est pourquoi, nous allons encore plus loin dans notre action à leurs côtés et nous engageons à accompagner et soutenir financièrement 10 000 jeunes entrepreneurs de moins de 30 ans d’ici fin 2022.

Thierry MONMINOUX

Président du Fonds Solidaire MAIF

Partenaire de France Active depuis de nombreuses années, Le fonds solidaire MAIF est particulièrement heureux de contribuer à la valorisation de projets orientés vers une économie sociale et responsable. En effet, nous sommes convaincus que les entreprises, grandes ou petites, ont un rôle à jouer dans la construction d’un monde meilleur. Acteurs de l’ESS, nous saluons ces jeunes entrepreneurs qui s’engagent pour une société plus solidaire. MAIF, société à Mission, est fière de les accompagner et de les soutenir.

Laurent DORDAIN

Délégué général FAPE ENGIE

Le soutien apporté par la FAPE ENGIE au “Pacte Création Jeunes” de France Active traduit concrètement l’engagement du Groupe ENGIE et de ses collaborateurs en faveur de l’insertion et de l’emploi. Le professionnalisme des équipes de France Active, la qualité des initiatives proposées notamment leur dimension solidaire, l’énergie et l’enthousiasme des jeunes ont fait le succès de cette opération dont les impacts positifs sur les personnes et la planète font écho à notre raison d’être.

Portrait des 5 jeunes entrepreneurs « coup de cœur » de 2021

France Active, avec le concours du FAPE EDF, de Réseau de Transport d’Electricité, du fonds solidaire MAIF, de la FAPE ENGIE et de la fondation Jean Duval, soutient les jeunes qui entreprennent et met en avant leurs 5 coups de cœur de l’année.


PAULINE GIRBAL – 25 ans – Créatrice d’une épicerie de proximité – Saint-Urcize (Cantal)

L’épicerie Pauline Girbal s’appuie sur les circuits courts et les producteurs locaux pour redynamiser son territoire. Alors que la grande surface la plus proche du village est à 30 km, ce service de proximité propose une grande amplitude de produits, et la qualité de produits locaux français.

MAXENCE DELOURME – 21 ans – – Maison Delourme – Montreuil-sous-Pérouse (Ille-et-Vilaine)

Maison Delourme propose des pains 100% bios, pétris à la main, cuits au feu de bois et produits avec une énergie responsable dans la région de Montreuil-sur-Pérouse, en Bretagne. Avec la particularité d’avoir une équipe de 23 ans de moyenne d’âge, la boulangerie a fait sa place dans l’économie locale. Ciblant les ventes aux professionnels et aux grandes enseignes de distribution, ils favorisent les circuits courts et le respect de l’environnement.

JEANNE FROMENT – 26 ans – La Vie Buissonnière – Flavigny-sur-Ozerain (Côte d’Or)

La Vie Buissonnière, c’est une épicerie alternative en coopérative. Dans une démarche de réduction des déchets liés à l’alimentation, les produits sont bios et issus de producteurs locaux. On y trouve des produits alimentaires frais et secs, mais également du vrac pour les produits du quotidien.

ARTHUR LEMAIRE – 20 ans – Elio’s – Perpignan (Pyrénées Orientales)

Quoi de plus logique que d’utiliser l’énergie naturelle dans la région du soleil ? Des étudiants se sont regroupés pendant leurs études pour fonder Elios, un arbre photovoltaïque. Cette structure urbaine offre un accès gratuit en extérieur à de l’électricité renouvelable. Les passants peuvent ainsi recharger librement leur portable, ou même leur vélo électrique. Cette installation s’insère dans une démarche de sensibilisation du grand public au développement durable, et aux enjeux de la transition énergétique.

PIERRE MEYNIER – 25 ans – Créateur d’Arbo P.O. – La Llagonne (Pyrénées Orientales)

L’entretien, le traitement et la préservation des arbres est un métier aussi spectaculaire qu’engagé. Arbo P. O est une entreprise d’élagage et d’abattage d’arbres qui intervient dans un but de pérennisation du patrimoine arboré et de sécurisation de l’environnement. Au-delà de la taille des arbres, l’arboriste grimpeur maîtrise aussi leur soin et le diagnostic des sols.

Télécharger le communiqué de presse

Autres communiqués de presse


[the_grid name="5 derniers cp"]

Découvrez toutes l’actus

Mobilité et inclusion

 

Renault Group entre au capital de France Active Investissement

Engagé depuis 2012 sur les enjeux de mobilité durable, Renault Group renforce son partenariat avec France Active à travers l’entrée au capital de son fonds Renault Solidaire au sein de notre société d’investissement. Une ambition commune : accompagner des structures de l’innovation sociale qui agissent sur l’ensemble du territoire pour faciliter la mobilité des personnes à faible revenu ou en situation de précarité.

France Active et Renault Group partage une même vision de la mobilité durable pour tous y compris les personnes en situation de handicap. C’est ainsi que Renault Group a décidé d’investir le 23 mars dernier près de 200 000 euros au sein du capital de France Active Investissement. Cela se traduit aussi par un partenariat opérationnel visant le développement et le déploiement de projets à impact sociaux orientés sur les questions de mobilité et d’inclusion.

Plusieurs projets bénéficient d’ores et déjà d’investissements conjoints de Renault Group et de France Active Investissement. A titre d’exemple, Titi Floris œuvre depuis 2006 à proposer des alternatives aux transports en commun sur le Grand Ouest pour toutes personnes à mobilité réduite : personnes souffrant de handicaps sensoriels et intellectuels, personnes en fauteuil roulant, personnes âgées, femmes enceinte, etc. Cette coopérative a réussi à se développer fortement sans perdre son ambition d’utilité sociale de départ. Elle compte aujourd’hui presque 1 800 salariés, dont 222 salariés associés. Un autre exemple avec Velco, une start-up qui offre des solutions connectées personnalisées pour les professionnels de la mobilité urbaine et dont l’ambition est de devenir le leader européen des deux-roues connectés d’ici à 2024, illustre parfaitement la sensibilité du réseau France Active aux enjeux liés à la mobilité durable et à l’innovation sociale.

Autres actualités


[related_post_fa posts_per_page="15" post_type="post" post_category="actualites"]

Découvrez toutes les actus

Semaine de la finance solidaire du 8 au 15 novembre 2021



Organisée chaque année pendant le Mois de l’ESS, la Semaine de la finance solidaire revient du 8 au 15 novembre 2021, pour sa 14ème édition. Véritable temps fort de l’économie engagée, elle se destine à faire la connaître la finance solidaire auprès du plus grand nombre, ses réussites et ses potentiels. C’est une action à destination des épargnants citoyens qui prend de plus en plus d’ampleur comme le souligne le dernier baromètre de la finance solidaire de Fair (ex Finansol).
https://www.youtube.com/watch?v=mKkMkScbwM0

C’est aussi la semaine de la remise des Grands Prix de la finance solidaire Le Monde – Fair, récompensant les entreprises bénéficiant de la finance solidaire les plus engagées et mettant en avant le potentiel de transformation de cette dernière. Les lauréats seront connus le 9 novembre lors de la soirée de remise de prix qui se déroulera à l’Hôtel de Ville de Lyon.


En savoir plus

L’épargne solidaire est un levier déterminant dans le développement de l’utilité sociale pour toute entreprise qui en bénéficie. Elle donne la possibilité à chaque citoyen d’investir dans des projets répondant aux défis sociaux et écologiques. Collectée par les sociétés de gestion, cette épargne est ensuite mobilisée par notre société d’investissement qui choisit de financer l’amorçage, le développement, la transformation ou la relance de toute entreprise ayant au cœur de leur modèle une dimension solidaire avancée.
Avec un capital de 254,8 millions d’euros à fin 2020, France Active Investissement a investi en 2020 plus de 22 millions d’euros au sein de 338 entreprises.

Ils ont bénéficié de l’épargne solidaire

Découvrez comment France Active utilise et investit l’épargne solidaire dans l’entrepreneuriat engagé !


https://vimeo.com/530236217%20https://vimeo.com/383323266

Retrouvez les événements de la semaine de la Finance Solidaire

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Découvrez toutes les stories

France Active dans les territoires : découvrez l’action de nos associations


Les rapports annuels de nos associations territoriales sont disponibles en ligne.

Apprenez-en plus sur les entrepreneurs soutenus par France Active localement, à travers les rapports d’activités 2020 de nos associations territoriales.
Vous y retrouverez des portraits toujours plus solidaires, les chiffres majeurs de 2020, etc.

Auvergne – Rhône-Alpes



France Active Ain (Centre Ain Initiative)


France Active Auvergne


France Active Savoie Mont Blanc


France Active dans la Dôme et l’Ardèche (Initiactive 26.07


France Active à Lyon (RDI)

Bourgogne Franche-Comté



France Active Bourgogne
France Active Franche-Comté

Bretagne



France Active Bretagne

Grand Est



France Active Alsace


France Active Champagne Ardenne


France Active Lorraine

Hauts-de-France



France Active Picardie


Nord Actif

Ile-de-France



France Active Garances Seine-Saint-Denis


France Active Ile-de-France


France Active Seine-et-Marne Essonne


France Active dans le Val d’Oise (Initiactive 95)

Nouvelle Aquitaine



France Active Aquitaine


France Active Limousin


France Active Poitou-Charentes

Occitanie



France Active Occitanie

Provence Alpes Côte d’Azur



France Active Provence Alpes Côte d’Azur

Autres actualités


[related_post_fa posts_per_page="15" post_type="post" post_category="actualites"]

Toutes nos actualités

Participez aux conférences France Active au FNAF 2021


Rendez-vous incontournable des acteurs de la sphère associative et de l’Économie sociale et solidaire, la 15e édition du Forum National des Associations & Fondations se tiendra le 13 octobre prochain au Palais des Congrès de Paris. 

Manifestation au service du secteur associatif, conçue comme un lieu unique de formations, d’informations et d’échanges, le Forum permet d’actualiser ses connaissances, partager son expérience et rencontrer les meilleurs experts du secteur. inscrivez-vous et organisez votre venue > forumdesassociations.com/

Comment repenser son modèle économique à impact ?

Jeudi 13 octobre – 11h15 > 12h45

De nombreuses structures de l’ESS expérimentent de nouveaux modèles économiques sur la base de partenariats variés et innovants. S’appuyant sur le concours de citoyens, d’entreprises et des pouvoirs publics, ces modèles deviennent une opportunité pour développer et renforcer leur projet d’utilité sociale et leur impact. La conférence aura pour but de répondre aux questions suivantes :

Comment diversifier ses partenariats et hybrider son modèle ?

Quels sont les besoins pour mener à bien ces transitions.

Avec comme invités :

  • Martial Do – Directeur général de Tremplin 01
  • Patrice Mavilla – Directeur de la clientèle à la Caisse d’Épargne Ile-de-France
  • Emilie Schmitt – Co-fondatrice et directrice d’Activ’Action
  • Olivier Tran – Fondateur de Biscornu/Association Affuté

Animé par Axel Detammaecker – Chargé d’études à France Active


En savoir +


S’inscrire

Autres actualités


[related_post_fa posts_per_page="15" post_type="post" post_category="actualites"]

Découvrez toutes les actus

Pari tenu pour le fonds UrgencESS qui a accompagné près de 5 000 petites associations pour faire face à la crise


Paris, le 8 septembre 2021

En janvier 2021, Olivia Grégoire, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, en charge de l’Économie sociale, solidaire et responsable a mobilisé un fonds d’urgence de 30 millions d’euros pour les structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) de moins de 10 salariés, frappées par la crise.

Cette aide financière allant de 5 000 euros, pour les structures de 1 à 3 salariés, à 8 000 euros pour les structures de 4 à 10 salariés, a permis de soutenir 4 866 structures rencontrant des difficultés économiques liées à la situation sanitaire (consulter en annexe la répartition), pour l’essentiel des associations. L’impact sur le maintien de l’emploi est concret : grâce à ce soutien, ce sont près de 16 000 emplois qui ont pu être sauvegardés.

Déployé par France Active et ses 35 associations territoriales, reconnues pour leur capacité à agir au plus près des besoins, UrgencESS a permis, au-delà de l’aide financière, d’accompagner des structures solidaires dans le maintien de leur activité. Elles ont ainsi bénéficié d’un diagnostic de leur situation économique et de conseils leur permettant de s’orienter vers de nouvelles solutions de financement, notamment dans le cadre de France Relance. Certaines ont également bénéficié d’un accompagnement de partenaires de l’opération tels que le réseau des Dispositifs Locaux d’Accompagnement (DLA) ou de KissKissBankBank, le pionnier du financement participatif du Groupe La Poste.

Olivia Grégoire

Secrétaire d’État à l’Économie sociale, solidaire et responsable

Les structures que nous avons pu accompagner pour traverser la crise sont mieux armées pour s’engager dans la relance, qui concerne tous les acteurs économiques du pays. Nous devons désormais poursuivre notre politique de soutien aux entreprises de l’ESS en développant de nouveaux financements durables compatibles avec la dimension solidaire qu’elles portent au quotidien.

Pierre-René Lemas

Président de France Active

Avec UrgencESS, nous avons pu apporter une réponse plus que tangible à des associations comme à des entreprises pleinement mobilisées sur le développement du lien social, la culture ou l’écologie. Et nous leur avons aussi permis de penser leur modèle pour rebondir face à la crise et de se projeter dans une relance pleinement solidaire.

Focus sur des structures

Solikend – Innover pour un tourisme solidaire, hors-saison et local
Pyrénées Atlantiques

Solikend est un projet innovant et solidaire dans l’hôtellerie en faveur du monde associatif solidaire, bâti sur un modèle économique hybride unique sur le territoire. Yoann Magnin, le créateur, souhaite déployer le 1er de réservation solidaire via une plateforme unique qui référence les hôtels « citoyens en Nouvelle-Aquitaine » et reverse une partie des sommes sous forme de dons pour les associations. Cette offre de réservation en ligne au service du monde associatif repose sur plusieurs fondements : un système d’utilisation rapide des dons, un dispositif pensé dans l’intérêt des acteurs du tourisme hors-saison et une modulation du prix (entre 75 et 125%) permettant à différents profils d’utilisateurs de participer à la collecte de dons. Avec 7 emplois créés en 2021, la structure ne pouvait se permettre de freiner son développement avec la pandémie : la prime UrgencESS leur a permis de garder le cap et d’initier une nouvelle phase de développement du tourisme solidaire au Pays Basque.

Triporteur à cartouches – Recyclez vos cartouches d’imprimante dans les Hauts-de-France !

L’association des Triporteurs à Cartouches, dite « TAC », est née en 2011 sous l’impulsion de 3 personnes, avec comme objectif la sensibilisation du grand public à l’environnement et à l’éco-citoyenneté. Partant du constat que de nombreux déchets d’impressions sont encore jetés aux ordures ménagères courantes, TAC organise des collectes de cartouches d’impression usagées en Hauts-de-France auprès des entreprises, associations, collectivités et particuliers pour les recycler. Très engagée sur le créneau écologique, elle réalise ces collectes en mobilité douce avec un triporteur sur la ville de Lille et en véhicule électrique extra-muros. Grâce à ces derniers, l’association véhicule l’image et le concept au grand public. Fragilisée par la crise, la structure a bénéficié d’une prime UrgencESS en avril de 5000 euros.

Dans le 19ème, à chacun ses vacances

Localisée dans le 19ème arrondissement de Paris, A Chacun Ses Vacances est une association qui propose des activités de loisirs et des séjours pour personnes en situation de handicap mental, quel que soit le type et le degré de handicap mental, sans discrimination. L’association fonctionne en logique de groupe restreint : elle propose toujours des activités ou des séjours de moins de 10 adhérents. L’encadrement va de 1 animateur pour 1 adhérent à 1 animateur pour 3 adhérents maximum. Elle propose des activités suivies (tennis, équitation), des « escapades » avec ateliers et visites et des sorties nocturnes (restaurant, concert, bowling).
Comme toutes les activités touristiques, A Chacun Ses Vacances a vu la pandémie secouer sa trésorerie et a bénéficié en juin du dispositif UrgencEss pour sécuriser ses emplois.

Tibert éditions : Dans l’Allier, des livres illustrés, un esprit de collection

Depuis 2016 les éditions Tibert se consacrent à la redécouverte du beau livre illustré. Travaillant sur toute la chaîne du livre, la structure vise à revaloriser l’artisanat de l’édition et la beauté du livre comme objet. Le confinement, la fermeture des librairies et la primauté de certaines grandes enseignes pour la vente de livres a suscité de nombreuses craintes pour Tibert éditions qui n’avait jamais connu de problème de trésorerie. La prime UrgencEss est venue sécuriser la trésorerie en avril pour permettre à la structure de tenir bon avant la réouverture.

Sitaphy : l’insertion du handicap dans l’Yonne.

Depuis 2002, l’association Sitaphy développe une activité de fabrication de jouets médiévaux en bois destiné à favoriser l’insertion sociale et professionnelle des travailleurs handicapés dans le cadre d’un Atelier Chantier d’Insertion (ACI). Elle produit près de 40 000 pièces par an, dans une démarche de développement durable n’utilisant que du bois local. Très ancrée sur son territoire bourguignon, la structure voit son rôle d’acteur de la cohésion sociale reconnu dans les réseaux de l’insertion locaux. Elle contribue aux démarches collectives des ACI de l’Yonne, y anime différents ateliers et noue divers partenariats avec des structures dans le domaine du handicap. Sitaphy a reçu une prime UrgencESS en mai dernier au plus fort de la crise.

Détail des aides


Régions Aides accordées
(nb total)
Total € Nb emplois
Auvergne Rhône Alpes 619 3 653 000 € 2 255
Bourgogne Franche Comté 230 1 330 000 € 767
Bretagne 306 1 821 000 € 990
Centre Val de Loire 208 1 253 000 € 532
Corse 53 337 000 € 201
Grand Est 422 2 515 000 € 1 225
Guadeloupe 58 353 000 € 211
Guyane 20 118 000 € 48
Hauts-de-France 394 2 369 000 € 1 302
Ile-de-France 573 3 417 000 € 2 018
La Réunion 73 440 000 € 223
Martinique 37 224 000 € 135
Mayotte 21 129 000 € 63
Normandie 152 937 000 € 624
Nouvelle Aquitaine 477 2 856 000 € 1 210
Occitanie 477 2 892 000 € 1 483
Pays de la Loire 320 1 936 000 € 846
Provence Alpes Côte d’Azur 346 2 072 000 € 1 029
       



Télécharger le communiqué de presse

Autres communiqués de presse


[the_grid name="5 derniers cp"]

Découvrez toutes l’actus

<i>“Pour relancer l’économie de notre pays, il faut des PROJETS COMMUNS”</i>



Alors que le monde fait face à une crise sans précédent, Claude Alphandéry, président d’honneur, fondateur
de France Active, économiste mais aussi résistant de la première heure, fait le lien entre ces deux périodes
séparées de 80 ans et les stigmates qu’elles ont laissés dans la société. Il revient sur les enjeux qui ont présidé
à la naissance de l’économie sociale et solidaire et les défi s qui l’attendent pour relancer l’économie de notre
pays. Son regard acéré n’a pas pris une ride.

80 ans séparent les combats de la 2ème guerre mondiale de ceux d’aujourd’hui contre le coronavirus et les efforts d’hier pour unifier la
résistance de ceux l’aujourd’hui pour relancer l’économie. Quel lien faites−vous entre ces deux périodes qui n’ont à priori rien en commun ?

Claude Alphandéry : Tout les sépare en effet : la terreur, l’ampleur du sacrifice humain, les privations… Mais ce sont deux périodes où il a fallu faire front ensemble, s’unir pour gagner la guerre.
En 1941-42, la résistance était faible et dispersée. Un an après tout avait changé, les maquis  s’étaient rassemblés au sein d’un seul Comité de la Libération. Parce qu’au-delà de la volonté politique, il y a eu des projets communs. Lorsque les Allemands ont imposé le Service du Travail Obligatoire (STO), beaucoup de Français se sont cachés dans nos maquis. Il a fallu les ravitailler, les protéger, les intégrer. Ce projet commun a contribué à unifier et à renforcer la  résistance.
Aujourd’hui, pour sortir de la crise sanitaire et pour relancer le pays, les projets épatants se multiplient mais n’arrivent pas vraiment à s’unir dans un combat commun. L’autre parallèle entre ces deux périodes ce sont les stigmates qu’elles ont laissés dans la société, notamment parce qu’elles ont bousculé nos repères.

Au−delà des stigmates de la crise, à quels défis devons−nous faire face ?
C.A. : Les dangers de l’époque actuelle sont plus sournois que ceux d’hier.
Ils frappent certains dès aujourd’hui, ceux qui sont au chômage, et d’autres à plus long terme, lorsqu’il y aura des transformations dues à la situation écologique et au transfert des populations. Mais au-delà, ils menacent
véritablement l’avenir de notre société. Le système dans lequel nous vivons s’épuise. Il va de crise en crise, depuis que France Active existe.
Celle du choc pétrolier, celle de 2008, financière, celle que nous traversons aujourd’hui, sanitaire et aussi écologique. Notre société ne sait plus où elle va ni comment elle doit se reconstruire. Allons-nous vers un monde à l’identique ? Un monde qui crée du chômage, des inégalités et une empreinte écologique absolument insupportable ? Pour l’éviter, il faudra cibler nos investissements et les entreprises ou les associations que nous allons soutenir. Et c’est là que France Active a un rôle absolument formidable. Déjà, il y a 32 ans, on se rendait compte qu’il fallait un organisme tel que France Active pour investir et accompagner des projets solidaires émergents. Et c’est encore plus vrai aujourd’hui. Seuls des gens aussi rompus que nous à ce genre de financement et d’accompagnement sont capables de le faire aujourd’hui.

Est−ce pour cette raison que vous avez créé France Active, il y a 32 ans ?
C.A. : À l’époque, le problème majeur était le chômage structurel. Après les 30 glorieuses où l’industrie s’était considérablement développée, en France comme à l’échelle mondiale, la politique néolibérale menée par les  États-Unis et le Royaume-Uni a causé des inégalités entre les grandes et petites entreprises et a complètement déstabilisé l’emploi, y compris en France. On avait beau augmenter notre PNB, le chômage ne reculait pas, sous l’effet conjugué de l’innovation technologique qui augmentait la productivité, de la mondialisation et de la financiarisation de l’économie. De plus en plus de grandes entreprises ont commencé à implanter leurs filiales dans des pays où la main d’œuvre était moins chère. Dans les années 80, on a donc vite compris qu’il fallait faire quelque chose pour prendre en charge ces travailleurs rejetés par l’économie « classique ». Des entreprises d’insertion se sont créées. Et, pour les aider, nous avons créé France Active, avec des ONG, des coopératives et des mutuelles, ainsi que la Caisse des Dépôts. Le but était de donner du travail aux chômeurs, soit en leur permettant de créer leur petite entreprise  indépendante, soit en créant des entreprises dans des secteurs industriels délaissés par les entreprises ordinaires et les startups. Puis sont arrivés de nouveaux secteurs où il y avait des emplois à créer : l’énergie, le recyclage, les équipements moins polluants, le numérique, les services, etc.

Comment avez−vous financé et accompagné ces entreprises ?

C.A. : Nous ne pouvions pas les financer seuls, il nous fallait l’aide des banques. Mais ces dernières hésitaient parce qu’elles ne connaissaient pas ce type d’entreprises dont l’objet n’était pas évident.
De leur côté, les entrepreneurs n’allaient pas non plus volontiers voir les banques. Pour réduire les risques, nous avons donc proposé une garantie aux banques et nous avons accompagné les entreprises. Et de fait, pendant 30 ans, nous avons toujours été très en dessous du plafond de garantie que nous avions accordé. Au départ, nous pensions avoir jusqu’à 25% de pertes. Nous sommes généralement restés en dessous de 20%.
Ce système a très rapidement fait comprendre aux banques qu’il s’agissait de clients sérieux et qu’il ne fallait pas passer à côté de ce marché. Un mouvement était né, auquel se joint les grandes écoles et l’administration qui ont vite considéré l’Économie sociale et solidaire comme une vraie opportunité de développement. En quelques années nous sommes devenus un élément incontournable du paysage économique.
Et la plupart des structures que nous avons accompagnées sont toujours là. Je pense à Idées 21, devenu le Groupe Idées qui compte aujourd’hui plus de 4 000 salariés en insertion dans toute la France ou le groupe Vitamine T qui, avec ses 27 filiales, fait travailler plus de 4 500 personnes éloignées de l’emploi. Ces entreprises inclusives ont progressé avec nous et nous avons progressé avec elles, grâce à une capacité à travailler en commun tout à fait formidable.


Lire Walter #26

Imprimer en circuits-courts

Anne-Sophie et Damien GRANGEREAU

Dirigeants de Graphi’Com Anjou

Imprimerie

L’imprimerie familiale de proximité Graphi’COM Anjou est reprise en 2019 par Anne-Sophie et Damien Grangereau avec l’ambition de proposer des solutions adaptées aux besoins des clients.

Montreuil-Bellay, 49260
Imprimerie

L’imprimerie familiale de proximité Graphi’COM Anjou est reprise en 2019 par Anne-Sophie et Damien Grangereau avec l’ambition de proposer des solutions adaptées aux besoins des clients. Graphisme, imprimerie, objets publicitaires, flocage textile ou de véhicule, autant de produits proposés pour des communications multi-supports.
Avec flexibilité et en circuit-courts, Graphi’COM Anjou à la capacité pour répondre à tous les clients, petits et grands, acteurs du territoire de l’Anjou.
https://vimeo.com/571627792

Site internet

A bénéficié

d’une garantie de

1 000€

A été accompagné par

France Active Pays de la Loire

En 2019

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Lancement du prêt relance tourisme social

 

Dans le cadre du plan de relance national, la Banque des Territoires a été mandatée par l’Etat pour le déploiement d’un plan de relance Tourisme social et solidaire. Secteur particulièrement sinistré par la crise, ce dernier appelle une relance ciblée dans les territoires et adaptée aux besoins de chaque acteur. Le dispositif a donc été confié à France Active par la Banque des Territoires pour la mise en œuvre opérationnelle de ce plan auprès des opérateurs de taille intermédiaire.

Peuvent bénéficier du dispositif les opérateurs du Tourisme social adhérents à l’UNAT avec un chiffre d’affaires compris entre 1 et 5 millions d’euros et au moins 3 ans d’existence, qui connaissaient une situation économique stable avant la crise.

L’accompagnement consistera en :

  • Un diagnostic 360 avec analyse du plan de relance et du plan de financement
  • Un financement sous la forme d’un prêt subordonné
  • Des ateliers collectifs numérique, tourisme durable, coopération
  • Un suivi à 3 ans après le financement

Le prêt sera compris entre 150 et 750 k€, jusqu’à 12 ans et différé jusqu’à 5 ans. Le taux d’intérêt est fixé à 2%.

Lire la plaquette

Autres actualités


[related_post_fa posts_per_page="15" post_type="post" post_category="actualites"]

Découvrir toutes les actus