Semaine de la Finance Solidaire du 7 au 14 novembre 2022


7 Français sur 10 ont le sentiment de ne pas être suffisamment informés sur l’épargne solidaire !

France Active propose un décryptage pour aider chacun à y voir plus clair

Montreuil, le 3 novembre 2022

A quelques jours de la semaine de la finance solidaire et du mois de l’ESS, France Active et OpinionWay ont sondé les Français sur l’épargne solidaire. Le contexte économique actuel renforce-t-il leur envie d’épargner ? Vers quel type d’épargne ? Quels projets solidaires voudraient-ils soutenir prioritairement ? Les jeunes ont-ils des attentes différentes de leurs ainés ?


Les Français ont en tout cas tous un point commun, celui de se sentir mal informés sur cette épargne, son parcours, sa rentabilité et sa finalité. A quelques jours de la Semaine de la Finance Solidaire, France Active propose de faire le point sur cette épargne qui demeure encore très floue.

Une envie d’épargner plus solidaire mais un fort besoin d’information

Environ 70% des Français se déclarent mal informés sur l’épargne solidaire, qu’il s’agisse des acteurs qui utilisent cette épargne, sa rentabilité, les produits qui existent, les projets sur lesquels leur épargne pourrait être investie.

Pourtant, près d’1 Français sur 2 souhaite épargner en 2023 dont 17% plus qu’en 2022 (32% des 18-34 ans). Et 25% aimeraient que cette épargne ait une finalité solidaire, c’est-à-dire qu’elle puisse soutenir le développement économique et contribuer à la réussite de projets solidaires sur le territoire.

S’ils devaient investir dans l’épargne solidaire, 40% des Français auraient envie de privilégier des projets favorisant le lien social (20%) et l’emploi des personnes les plus éloignées de l’emploi (20%), 32% des projets environnementaux.

44% des Français se disent prêts à se montrer patients et à investir sur des projets rentables à moyen ou long terme, un chiffre qui grimpe à 56 % chez les 18-34 ans.

Parcours de l’épargne : de l’épargnant au projet financé

France Active a accompagné et financé plus de 2 000 structures de l’ESS via l’épargne solidaire

En 5 ans, France Active a mobilisé 200 millions d’euros au profit de plus de 2 000 structures de l’Économie sociale et solidaire dans leur projet d’entreprise. Un record !

Au total c’est plus d’1 milliard d’euros mobilisés avec les partenaires de France Active, ce qui a permis de créer ou consolider 55 000 emplois.

5 ans après leur financement, ces structures ont un taux de pérennité de 87% contre 61% pour l’ensemble des entreprises (Insee).

France Active multiplie les actions afin de favoriser l’émergence de nouveaux entrepreneurs sociaux en leur donnant les moyens de concrétiser leurs projets en les challengeant sur leur modèle économique, jusqu’à la construction de leur stratégie de financement, et à la prise en charge financière des phases d’étude ou de test, grâce à ses partenaires privés (entreprises et institutions).

Plus largement, France Active intervient sur toutes les phases de vie des structures de l’ESS : de la création au développement en passant par le changement d’échelle jusqu’au rebond pour celles qui peuvent rencontrer des difficultés dans le développement de leur activité.

Denis Dementhon

Directeur général de France Active

Les résultats de ce sondage et les aspirations des épargnants solidaires sont en phase avec nos actions en faveur des entrepreneurs que nous soutenons.

Depuis 30 ans nous mobilisons une partie de cette épargne grâce à notre société d’investissement France Active Investissement, dotée de 320 millions d’euros de capital.

Nous injectons cette épargne dans des entreprises solidaires, des projets utiles à la société et porteurs de sens : réponses aux défis environnementaux, insertion, lutte contre les exclusions et les inégalités sociales, etc.

1 français sur 2 a le sentiment d’être mal informé sur la rentabilité et l’utilisation de cette épargne : ce n’est pas anodin et cela nous engage à faire de la pédagogie, à expliquer davantage vers quels projets, sur quels territoires, cet argent récolté, va être utilisé.


Télécharger le communiqué de presse


Lire l’étude OpinionWay

Associations et entreprises ayant bénéficié de l’épargne solidaire


[bloc_ajax params="{count:9,ess:0,tag_choice:epargne-solidaire}"]

Découvrez toutes les stories

1 jeune sur 2 souhaite se lancer dans l’entrepreneuriat et, pour beaucoup dans un projet d’entreprise engagée !

BAROMETRE JEUNES ET CREATION D’ENTREPRISE

Sondage OpinionWay pour France Active

France Active renforce son accompagnement

 

Paris, le 17 février 2022

3 ans après son dernier baromètre consacré aux jeunes et à la création d’entreprise, France Active et OpinionWay1 viennent de les sonder à nouveau. Ces 2 années de pandémie ont-elles renforcé cette envie d’entreprendre des jeunes ? Sont-ils plus inquiets ou plus confiants pour se lancer ? Quels vœux souhaitent-ils réaliser via la création d’entreprise ?

Si la crise a visiblement boosté l’envie des jeunes de lancer leur propre entreprise, elle a aussi renforcé les craintes et la conscience du risque que cela représente. Une situation qui donne tout son sens à la mission de France Active qui vise à la fois à accélérer le passage à l’acte et la réussite des plus ambitieux tout en protégeant mieux les plus fragiles.

47 % des jeunes de 18 à 30 ans veulent créer leur entreprise, 65% pour contribuer à changer le monde !

La pandémie a eu un effet paradoxal sur la motivation à créer sa propre entreprise.

D’un côté, elle a véritablement boosté l’envie d’entreprendre des jeunes : aujourd’hui, 47% des 18-30 ans déclarent avoir envie de créer leur propre entreprise, soit 5 points de plus qu’en 2019. Les 18-24 ans sont même 53% à le souhaiter, soit un bond de 14 points !

Une envie tirée par l’envie de liberté et d’indépendance, premier moteur de la création d’entreprise qui est citée bien avant toute autre motivation. Notons d’ailleurs, que les jeunes sont de moins en moins attachés au statut de salarié, avec 36% des jeunes de 18-24 ans préfèrent désormais le statut d’indépendants.

Mais cette crise a également largement renforcé la crainte de l’échec (41% vs 34%). Les jeunes ont aujourd’hui une conscience beaucoup plus forte des risques liés à la création d’entreprise. Ils mettent davantage en avant leur manque d’expérience parmi les risques (+ 10 points !). L’insécurité de l’emploi qui va de pair avec l’entrepreneuriat, les inquiète (+ 7 points).

La crainte liée au financement reste la plus importante : ils sont encore 43% à hésiter à se lancer pour des raisons financières, un taux qui baisse néanmoins de 12 points par rapport à 2019.

A quoi sert la création d’entreprise ? Pour 65 % des jeunes (vs 60% avant la crise), il s’agit avant tout d’un moyen de faire bouger le monde. En 2022, ils sont 31% à envisager un modèle où tous les salariés seraient décisionnaires (type SCOP), 29% seraient prêts à se lancer dans une entreprise capable de créer du lien social et de contribuer au développement de leur territoire et 27% à privilégier un projet lié au développement durable ou à l’environnement.

France Active accélère son action auprès des jeunes et notamment les plus fragiles

En 2021, France Active a accompagné environ 8 600 jeunes de moins de 30 ans dans leur projet d’entreprise. Un record !

Pour répondre à l’augmentation des sollicitations et sécuriser au mieux les jeunes dans leur projet, France Active a multiplié les actions auprès d’eux sur 3 axes :

Le renforcement du Pacte Création pour les jeunes en difficulté

France Active a renforcé son Pacte Création, notamment pour les jeunes sans emploi et/ou issus des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville ou encore des territoires ruraux les plus isolés qui ont un projet de création d’entreprise. Ils peuvent bénéficier d’un Pacte Création enrichi :

  • De solutions de financement et des garanties de France Active.
  • De sessions didactiques à la création d’entreprise via des webinaires, ateliers etc., autour de 3 axes : pédagogie financière, protection sécurisation, sensibilisation au numérique.
  • D’une prime de 3 000 € pour faciliter le lancement de leur projet (sous réserve des conditions d’éligibilité).

Cet appui renforcé aux créateurs est rendu possible grâce à l’appel à projet inclusion par le travail indépendant du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

⇒ L’objectif est de permettre à 4000 jeunes porteurs de projet en situation de fragilité de créer leur entreprise, entre septembre 2021 et fin 2022.

Le Pacte Emergence pour valider une idée d’entreprise

France Active favorise l’émergence de nouveaux entrepreneurs sociaux en leur donnant les moyens de concrétiser leurs projets en le challengeant sur son modèle économique, jusqu’à la construction de sa stratégie de financement, et à la prise en charge financière des phases d’étude ou de test, grâce aux partenaires privés (entreprises et institutions).

⇒ En 2022, l’objectif est d’accompagner d’au moins 500 projets d’innovation sociale au stade de l’émergence, au niveau national comme dans les territoires.

Soutenir le développement des entreprises d’insertion A travers son métier d’investisseur, France Active agit en faveur du développement économique des Entreprises de l’Economie sociale et solidaire, en particulier les entreprises d’insertion. Son intervention vise à préserver leur recherche d’utilité sociale, ici plus particulièrement pour permettre aux jeunes de s’insérer dans un parcours de professionnalisation, et de leur donner les moyens de se développer en toute sérénité.

Pierre-René LEMAS

Président de France Active

Ces résultats sont en phase avec ce qu’expriment les jeunes entrepreneurs que nous soutenons. Jamais ils n’ont été aussi nombreux à vouloir se lancer dans l’entrepreneuriat tout en s’engageant dans un projet utile et porteur de sens. C’est l’économie de demain qui se prépare aujourd’hui avec eux !
Depuis la crise, nous avons particulièrement renforcé notre soutien auprès des jeunes en difficultés. Pour beaucoup, l’entrepreneuriat est La solution pour retrouver la confiance et une place digne de ce nom dans la société. Notre rôle est de les sécuriser afin que cette insertion par l’entreprise soit une aventure positive et durable.

4 exemples de jeunes accompagnés par France Active

Antonin Fontenas pour Appolon Hifi

Antonin a mis à profit sa période de chômage pour travailler sur son projet d’entreprise. Passionné de son et de musique, il vient de créer à l’âge de 23 ans Appolon Hifi, un atelier en Touraine de production d’enceintes « parfaitement neutres, et avec des procédés de libération des vibrations ». Sa démarche s’inscrit dans une démarche éco-responsable et propose une solution d’écoute fidèle en utilisant des matériaux nobles, naturels et locaux.
Site internet

Clément Moulin pour Focus On You

Après quelques d’auto-entrepreneuriat, Clément se lance dans la création de son entreprise avec son associé Arnaud Barchoual : Focus on You. Cette société de production vidéo profitera de l’expérience des deux jeunes fondateurs du Val-de-Marne pour consolider leur modèle. Grace à l’appui de France Active Métropole, ils bénéficient des nouveaux atouts du Pacte Création : formation et accompagnement à la création d’entreprise.

Atif Saade pour O’Bokit

Atif va ouvrir tout prochainement un food truck sur le Val-de-Marne, spécialisé en cuisine caraïbéenne. Après quelques années dans la restauration, il se lance dans l’entrepreneuriat et compte bien rencontrer son public avec sa spécialité : le bokit.

Benjamin Lévy pour Camarage

Benjamin et son futur associé Yoan bénéficient du programme Emergence pour les futurs entrepreneurs sociaux. Ils testent actuellement un service de cohabitation entre générations accessible en ligne ou par téléphone :

Site internet

——————-
1 Le sondage OpinionWay pour France Active a été réalisé en février 2022 auprès d’un échantillon de 1019 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.


Télécharger le communiqué de presse

Autres communiqués de presse


[the_grid name="5 derniers cp"]

Découvrez toutes l’actus

39 000 entrepreneurs engagés accompagnés par France Active en 2021

 

Une intervention plus que jamais tournée vers l’utilité sociale

Montreuil, le 3 février 2022

Avec plus de 39 000 entreprises accompagnées, France Active enregistre un nouveau record d’entreprises soutenues en 2021. Pour assurer cet accompagnement et agir pour une économie durable et inclusive, l’association a mobilisé 508 millions d’euros (+ 23% vs 2020), dont 25 % dédiés aux entreprises en difficulté. Une action qui a permis la création et la consolidation de 66 000 emplois (+ 13%).

Ces résultats sont le fruit de l’agilité dont fait preuve France Active dans ce contexte de crise puis de relance. L’association adapte son soutien financier et son accompagnement à chacun, en ne laissant personne de côté.
Avec un double objectif : favoriser le développement des entrepreneurs engagés les plus ambitieux et toujours mieux protéger les plus fragiles.

Soutien record apporté aux entrepreneurs engagés

Premier mouvement associatif autour de l’entrepreneuriat engagé, France Active a conseillé et financé plus de 39 000 entreprises en 20211 (contre 30 000 en 2020) toutes engagées pour la création d’emplois, le développement des territoires, le lien social, l’écologie ou encore la mise en place d’une gouvernance démocratique.

France Active a investi 508 millions d’euros soit un bond de 23 % par rapport à 2020.
Le réseau de 35 associations territoriales a su agir en mobilisant ses deux sociétés – France Active Garantie et France Active Investissement – dans un contexte économique hors norme.

Pour son action d’investissement, France Active mobilise l’épargne solidaire des Français, collectée par ses actionnaires dans le cadre de l’épargne salariale, de l’épargne retraite, de l’assurance-vie : elle permet ainsi de garantir aux épargnants une utilisation de leur argent en phase avec leurs aspirations. En 2021, 43 M€ ont été collectés par France Active Investissement. (vs 18 M€ 2020).

Un investissement vertueux, puisqu’en termes d’emplois, ces entreprises ont créé ou consolidé 66 000 emplois (dont 38 000 en création directe) soit 13% de plus qu’en 2020. Cet indicateur est particulièrement important au regard de la dernière étude d’impact1 qui montre que ces entreprises doublent leur effectif quatre ans après leur création.

« Nous sommes fiers d’avoir passé le cap du demi-milliard investi pour nos entrepreneurs engagés. Chaque année, cette économie qui place l’utilité sociale au cœur de son projet ne cesse de prendre de l’ampleur car elle répond à une véritable prise de conscience. Chacun est aujourd’hui convaincu qu’elle apporte des solutions, là où l’économie traditionnelle a montré ses limites notamment pendant la crise », explique, Pierre-René Lemas, président de France Active.

Protéger les entrepreneurs les plus fragiles dans leur parcours

France Active intervient pour protéger des personnes les plus éloignées du financement bancaire. Cela se traduit par des actions concrètes auprès de personnes en situation de grande précarité qui représentent en 2021, 35 % des créateurs soutenus.

France Active a par exemple renforcé son action d’accompagnement autour du Pacte Création en rejoignant le programme Insertion par le Travail Indépendant du ministère du Travail. L’ambition porte sur la création d’entreprise, entre septembre 2021 et 2023, de 4000 porteurs de projet en situation fragilité qui bénéficient d’un soutien et d’aides spécifiques (prime de 3 000 € pour faciliter le lancement de projets pour des jeunes de moins de 30 ans).

Sur 2021, l’accompagnement a été particulièrement fort dans les territoires les plus éloignés des grandes dynamiques économiques : près de 30 % des entrepreneurs de France Active développent leur activité dans les Quartiers Prioritaires de la Ville et les Zones de Redynamisation Rurale.

Pour sécuriser ces entrepreneurs dans leur relation à la banque, France Active a mobilisé plus de 300 M€ en garanties d’emprunt bancaire, quasiment sans recours aux cautions personnelles.

Dernier levier de protection, les investissements de France Active (fonds propres et quasi-propres) dépassent en 2021 les 50 M€.
Ces interventions auprès des entrepreneurs les plus engagés sont très souvent conduites avec d’autres investisseurs solidaires. Il s’agit d’un cadre collectif permettant aux entrepreneurs de développer leur projet en toute sérénité et d’en préserver la finalité sociale dans la durée.

Participer à la relance de toutes les structures impactées par la crise

Au-delà des créateurs d’entreprises, France Active accompagne également les structures de l’Économie sociale et solidaire. Elles représentent 52% des projets financés en direct en 2021 à tous ses stades de vie : émergence, création, développement, rebond/changement d’échelle.

L’action s’est particulièrement concentrée sur les entreprises qui ont rencontré des difficultés pendant la crise sanitaire. En 2021, France Active a focalisé 45 % de son action sur les entreprises en phase de rebond (contre 14 % en 2020).

Au cours de l’année, France Active a également renforcé son action auprès des associations en accompagnant 5 000 petites structures de l’ESS (moins de 10 salariés) et en déployant :

  • les 30 M€ du fonds UrgencESS du Secrétariat d’Etat à l’Economie sociale, solidaire et responsable,
  • et un Prêt Relève Solidaire avec la Banque des Territoires et des partenaires privés (la Fondation de France, investisseurs solidaires, banques et mutualistes).

« La singularité de notre action est de partir des besoins réels des territoires et de financer tous les acteurs qui participent à cette économie solidaire et qui placent l’humain au cœur de leur action. Leur rôle est fondamental pour renforcer la cohésion sociale et aller vers une société plus juste. » conclut Pierre-René Lémas.

Trois parcours d’entrepreneurs engagés


Envie Autonomie

Envie Autonomie s’engage pour une société plus solidaire, plus inclusive et plus respectueuse de l’environnement. Elle accompagne les femmes et les hommes en situation d’exclusion du monde du travail en leur permettant d’avoir accès à un emploi et des qualifications. En se développant dans les territoires, ce réseau propose collecte et rénovation de matériel médical afin d’en faciliter l’accès.

>Site internet

Financement

  • 160 000 € d’investissement en 2021

WeDressFair

Véritable alternative au “Fast Fashion”, WeDressFair met en lumière des créateurs et marques de vêtements qui allient style et valeurs. Les consommateurs recherchent plus d’éthique, de responsabilité et de respect de l’environnement, WeDressFair est au plus proches de leurs attentes avec une boutique à Lyon et un site e-commerce.

>En savoir plus

>Site internet

Financement

  • 48750 € de garantie en 2019
  • 250 000 € d’investissement en 2019 et 2020


Le commerce multiservice de Pauline Girbal

Pauline Girbal a décidé en 2020, de reprendre l’épicerie de sa commune, Saint-Urcize dans le Cantal. S’appuyant sur les circuits-courts et les producteurs locaux, son commerce redynamise le village de 500 habitants. Avec l’aide de France Active, elle apporte services de proximité, lien social et produits du terroir.

>Visionner le portrait

>Page FacebookFinancement

  • 30 000 € de garantie en 2020


Télécharger le communiqué de presse

Autres communiqués de presse


[the_grid name="5 derniers cp"]

Découvrez toutes l’actus

Résultats de l’étude d’impact 2021 : Les entrepreneurs engagés plus solides, performants et optimistes que la moyenne nationale

 

Paris, le 11 octobre 2021

Pionnier de la finance solidaire, France Active, le mouvement des entrepreneurs engagés, évalue tous les 2 ans l’impact de son intervention sur la réussite des entreprises soutenues 4 ans auparavant.

A l’approche du mois de l’ESS (Novembre) et de la Semaine de la Finance Solidaire (8 au 16 nov), France Active publie les résultats de l’Etude d’impact 2021, réalisée par TMO Régions. Deux enquêtes ont été réalisées auprès des 736 dirigeantes et dirigeants d’entreprises, interrogés par téléphone début 2021.

Cette étude a pour objectif de mieux comprendre l’utilité de son action aux côtés des entreprises les plus engagées. Les résultats démontrent combien son accompagnement contribue à la solidité économique et financière de ces entreprises, en préservant et amplifiant leur impact social, en premier lieu avec la création d’emploi.

Portrait-robot de l’entrepreneur engagé soutenu par France Active en 2016

Les créateurs d’entreprise soutenus par France Active en 2016 étaient pour 25% demandeurs d’emploi de longue durée (vs 7,5 % des entrepreneurs au niveau national) et 11 % d’entre eux bénéficiaires de minima sociaux.
57 % possèdent un niveau d’étude inférieur ou égal au Bac (43 % au niveau national). 50% sont des femmes (Vs 29% au national). Plutôt jeunes : 32 % sont âgés de moins de 30 ans, contre 17 % au niveau national.
Les entreprises de l’ESS soutenues par France Active Investissement interviennent toutes en faveur de la création d’emplois et du lien social. Parmi celles-ci, elles sont 28% à agir dans le secteur de l’écologie (et 19 % pour la culture et les loisirs (19%). Il s’agit de structures associatives ou coopératives dans 77% des cas.

Un taux de création d’emploi 3 fois supérieur à la moyenne nationale

Les entreprises soutenues par France Active affichent une dynamique de création d’emploi particulièrement élevée. Cette bonne performance se retrouve dans l’ensemble des entreprises soutenues, qu’il s’agisse de structures en phase de création ou de entreprises et associations dans lesquelles France Active a directement investi.

Cette décision répond à des circonstances exceptionnelles et témoigne de l’engagement sans faille de Mirova au côté des entrepreneurs solidaires, mais aussi de sa conviction de la pertinence de ce modèle.

Les entreprises en création comptaient, au moment de leur lancement, 1,7 personnes en poste en moyenne (contre 1,8 au niveau national ). Quatre ans après leur création, elles ont doublé leur effectif avec en moyenne 3,5 personnes en poste, contre 2,4 au niveau national.

Pour les entreprises les plus engagées et de taille plus importante, que nous finançons avec notre société d’investissement, l’effectif moyen est passé de 22 au moment de l’accompagnement à 35 lors de l’enquête. Cela se traduit par une croissance de 58 % en volume total d’emplois, soit un total de 9 300 emplois aujourd’hui contre 5 900 au moment de l’accompagnement.
La création d’emplois a majoritairement concerné des postes en CDI : chaque structure comptait en moyenne 9 salariés en CDI au moment de l’accompagnement, contre 16 aujourd’hui.

Un taux de pérennité en progression, supérieur de 9 points à la moyenne nationale

70 % des entreprises accompagnées en phase de création par France Active en 2016 étaient toujours en activité après 5 ans. Un taux qui a tendance à augmenter et qui dépasse de 9 points la moyenne nationale (61% ).

Le soutien de France Active, qui propose aux entrepreneurs engagés un accompagnement complet et sur-mesure, s’avère particulièrement précieux. Pour 81 % des créateurs accompagnés en 2016, le conseil et le financement apportés par France Active ont permis de faire levier sur d’autres financeurs et de démarrer dans de meilleures conditions. De plus, 65% des créateurs n’ont pas eu à fournir une caution personnelle à leur banque grâce à la garantie France Active. A noter que pour 2020, ce taux est passé à 95 %. Cette forte progression illustre notre capacité à protéger les entrepreneurs dans leur parcours et à permettre à tous d’accéder au financement bancaire.

Malgré la crise, ces entrepreneurs se déclarent optimistes : interrogés sur leur vision des 12 prochains mois, 27 % pensent développer leur activité et 44 % comptent maintenir l’équilibre actuel. 7 entrepreneurs sur 10 considèrent comme satisfaisant leur dernier exercice sur le plan financier. Sur le plus long terme, 71 % des répondants estiment que leur activité s’est développée depuis 2016/2017 jusqu’à la crise du Covid. Seuls 7 % affirment l’avoir vu fortement diminuer.

Pierre-René LEMAS

Président de France Active

Ces résultats très positifs illustrent la pertinence et l’efficacité de l’accompagnement proposé par France Active. Ils nous encouragent à poursuivre et amplifier notre action, à développer un engagement solidaire, assumé, et même combatif aux côtés de ces entrepreneurs. Plus que jamais, nous devons faire connaître leur succès et nous faire leurs porte-parole, pour montrer que réussite économique et engagement social et solidaire doivent aller de pair.

Un nouveau plan stratégique pour aller plus loin

C’est dans cet esprit que France Active a défini son nouveau plan stratégique pour la période 2021 – 2025. Ce plan repose sur quatre piliers :

Créer une économie du lien, en accompagnant les entrepreneurs qui construisent des réponses aux défis sociaux et environnementaux, notamment ceux qui rencontrent des difficultés particulières d’accès et au conseil et au crédit.
Dans cette optique, France Active développe une offre « Inclusion » pour mieux détecter et accompagner les potentiels. Elle propose également une connexion avec ses partenaires de la « Tech for good » (Solidatech, Simplon…), afin d’aider les entrepreneurs à prendre en main le digital, levier essentiel de transformation.

Agir en résonnance avec les territoires, en soutenant toujours plus les entreprises qui apportent des solutions aux problématiques territoriales. Priorité sera ainsi donnée aux quartiers prioritaires de la ville, aux zones de revitalisation rurale, aux centres bourgs et cœurs de villes moyennes, aux zones industrielles en reconversion et outremers. France Active va également développer sa participation à des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) et aux projets de territoires portés par les collectivités locales.

Investir la finance. France Active a gagné la bataille de l’accès à la banque pour les créateurs d’entreprise, et participé à la constitution d’une finance solidaire désormais reconnue. Il s’agit d’aller plus loin, notamment lors des phases critiques de la vie d’une entreprise : démarrage, passage de cap difficile, transformation, mais aussi appui aux territoires et aux publics les plus fragiles. Pour ce faire, France Active va mobiliser de nouveaux partenaires financiers. Elle va également développer l’engagement citoyen, en encourageant la démocratisation des circuits d’épargne solidaire auprès du grand public.

Faire Mouvement, en transformant la somme des réussites individuelles des entrepreneurs engagés en réussite collective, capable d’impulser une réelle transformation de notre économie. A ce titre, France Active compte tisser de nouvelles alliances avec des syndicats de salariés, des clubs d’entrepreneurs, des acteurs financiers innovants, ou encore des mouvements de défense des consommateurs ou de l’environnement. Ces réseaux élargis permettront aux entrepreneurs engagés de partager des opportunités, et de peser collectivement dans l’espace public.


Télécharger le communiqué de presse

Stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Découvrez toutes les stories

Autres communiqués de presse


[the_grid name="5 derniers cp"]

Découvrez toutes l’actus

France Active amplifie son soutien auprès des jeunes


Paris, le 20 septembre 2021

Plus de 40% des jeunes veulent créer leur entreprise, selon le sondage “jeunes et engagement” réalisé par France Active et OpinionWay en 2020.
Le Pacte Création de France Active soutient, avec l’appui de ses partenaires, FAPE EDF, le Réseau de Transport d’Electricité, le fonds solidaire MAIF, la FAPE ENGIE, la fondation Jean Duval, la création d’entreprise pour les moins de 25 ans, notamment ceux éloignés de l’emploi.

Dans le cadre du Plan Relance du Gouvernement, France Active annonce le renforcement de son soutien avec une offre de services qui va permettre d’amplifier encore son action auprès des jeunes.

Depuis le début de la crise, près de 1000 jeunes de moins de 30 ans ont été accompagnés dans le cadre du Pacte Création de France Active. (Cf les portraits des 5 entrepreneurs Coup de cœur de l’année ci-après.) Au total, 30% des projets d’entreprise soutenus par sont portés par des jeunes grâce à des offres spécifiques comme la mise en place d’une garantie bancaire spéciale jeunes qui permet d’accéder à des prêts sans caution personnelle avec une garantie d’emprunt bancaire allant jusqu’à 80 % du montant du prêt.

Aujourd’hui, France Active annonce le renforcement de son Pacte Création auprès des jeunes, et notamment ceux qui sont sans emploi et/ou issus des Quartiers Prioritaires de la Ville, dans le cadre de l’appel à projet Inclusion par le travail indépendant porté par le Ministère du Travail.
Ces jeunes ayant un projet de création d’entreprise ou pour qui un tel projet pourrait être la solution pour concrétiser un projet professionnel peuvent bénéficier :

  • de solutions de financement et des garanties de France Active
  • d’un Pacte création enrichi sur 3 axes : pédagogie financière, protection sécurisation, sensibilisation au numérique.
  • D’une prime de 3 000 € pour faciliter le lancement de leur projet.

Pierre-René LEMAS

Président de France Active

L’insertion par l’activité économique est un maillon essentiel de toute économie qui se veut inclusive et durable. Les jeunes, plus durement touchés par le chômage mais également plus motivés par l’envie d’entreprendre que toute autres catégories d’âge, constituent une cible très importante pour France Active. C’est pourquoi, nous allons encore plus loin dans notre action à leurs côtés et nous engageons à accompagner et soutenir financièrement 10 000 jeunes entrepreneurs de moins de 30 ans d’ici fin 2022.

Thierry MONMINOUX

Président du Fonds Solidaire MAIF

Partenaire de France Active depuis de nombreuses années, Le fonds solidaire MAIF est particulièrement heureux de contribuer à la valorisation de projets orientés vers une économie sociale et responsable. En effet, nous sommes convaincus que les entreprises, grandes ou petites, ont un rôle à jouer dans la construction d’un monde meilleur. Acteurs de l’ESS, nous saluons ces jeunes entrepreneurs qui s’engagent pour une société plus solidaire. MAIF, société à Mission, est fière de les accompagner et de les soutenir.

Laurent DORDAIN

Délégué général FAPE ENGIE

Le soutien apporté par la FAPE ENGIE au “Pacte Création Jeunes” de France Active traduit concrètement l’engagement du Groupe ENGIE et de ses collaborateurs en faveur de l’insertion et de l’emploi. Le professionnalisme des équipes de France Active, la qualité des initiatives proposées notamment leur dimension solidaire, l’énergie et l’enthousiasme des jeunes ont fait le succès de cette opération dont les impacts positifs sur les personnes et la planète font écho à notre raison d’être.

Portrait des 5 jeunes entrepreneurs « coup de cœur » de 2021

France Active, avec le concours du FAPE EDF, de Réseau de Transport d’Electricité, du fonds solidaire MAIF, de la FAPE ENGIE et de la fondation Jean Duval, soutient les jeunes qui entreprennent et met en avant leurs 5 coups de cœur de l’année.


PAULINE GIRBAL – 25 ans – Créatrice d’une épicerie de proximité – Saint-Urcize (Cantal)

L’épicerie Pauline Girbal s’appuie sur les circuits courts et les producteurs locaux pour redynamiser son territoire. Alors que la grande surface la plus proche du village est à 30 km, ce service de proximité propose une grande amplitude de produits, et la qualité de produits locaux français.

MAXENCE DELOURME – 21 ans – – Maison Delourme – Montreuil-sous-Pérouse (Ille-et-Vilaine)

Maison Delourme propose des pains 100% bios, pétris à la main, cuits au feu de bois et produits avec une énergie responsable dans la région de Montreuil-sur-Pérouse, en Bretagne. Avec la particularité d’avoir une équipe de 23 ans de moyenne d’âge, la boulangerie a fait sa place dans l’économie locale. Ciblant les ventes aux professionnels et aux grandes enseignes de distribution, ils favorisent les circuits courts et le respect de l’environnement.

JEANNE FROMENT – 26 ans – La Vie Buissonnière – Flavigny-sur-Ozerain (Côte d’Or)

La Vie Buissonnière, c’est une épicerie alternative en coopérative. Dans une démarche de réduction des déchets liés à l’alimentation, les produits sont bios et issus de producteurs locaux. On y trouve des produits alimentaires frais et secs, mais également du vrac pour les produits du quotidien.

ARTHUR LEMAIRE – 20 ans – Elio’s – Perpignan (Pyrénées Orientales)

Quoi de plus logique que d’utiliser l’énergie naturelle dans la région du soleil ? Des étudiants se sont regroupés pendant leurs études pour fonder Elios, un arbre photovoltaïque. Cette structure urbaine offre un accès gratuit en extérieur à de l’électricité renouvelable. Les passants peuvent ainsi recharger librement leur portable, ou même leur vélo électrique. Cette installation s’insère dans une démarche de sensibilisation du grand public au développement durable, et aux enjeux de la transition énergétique.

PIERRE MEYNIER – 25 ans – Créateur d’Arbo P.O. – La Llagonne (Pyrénées Orientales)

L’entretien, le traitement et la préservation des arbres est un métier aussi spectaculaire qu’engagé. Arbo P. O est une entreprise d’élagage et d’abattage d’arbres qui intervient dans un but de pérennisation du patrimoine arboré et de sécurisation de l’environnement. Au-delà de la taille des arbres, l’arboriste grimpeur maîtrise aussi leur soin et le diagnostic des sols.

Télécharger le communiqué de presse

Autres communiqués de presse


[the_grid name="5 derniers cp"]

Découvrez toutes l’actus

Pari tenu pour le fonds UrgencESS qui a accompagné près de 5 000 petites associations pour faire face à la crise


Paris, le 8 septembre 2021

En janvier 2021, Olivia Grégoire, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, en charge de l’Économie sociale, solidaire et responsable a mobilisé un fonds d’urgence de 30 millions d’euros pour les structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) de moins de 10 salariés, frappées par la crise.

Cette aide financière allant de 5 000 euros, pour les structures de 1 à 3 salariés, à 8 000 euros pour les structures de 4 à 10 salariés, a permis de soutenir 4 866 structures rencontrant des difficultés économiques liées à la situation sanitaire (consulter en annexe la répartition), pour l’essentiel des associations. L’impact sur le maintien de l’emploi est concret : grâce à ce soutien, ce sont près de 16 000 emplois qui ont pu être sauvegardés.

Déployé par France Active et ses 35 associations territoriales, reconnues pour leur capacité à agir au plus près des besoins, UrgencESS a permis, au-delà de l’aide financière, d’accompagner des structures solidaires dans le maintien de leur activité. Elles ont ainsi bénéficié d’un diagnostic de leur situation économique et de conseils leur permettant de s’orienter vers de nouvelles solutions de financement, notamment dans le cadre de France Relance. Certaines ont également bénéficié d’un accompagnement de partenaires de l’opération tels que le réseau des Dispositifs Locaux d’Accompagnement (DLA) ou de KissKissBankBank, le pionnier du financement participatif du Groupe La Poste.

Olivia Grégoire

Secrétaire d’État à l’Économie sociale, solidaire et responsable

Les structures que nous avons pu accompagner pour traverser la crise sont mieux armées pour s’engager dans la relance, qui concerne tous les acteurs économiques du pays. Nous devons désormais poursuivre notre politique de soutien aux entreprises de l’ESS en développant de nouveaux financements durables compatibles avec la dimension solidaire qu’elles portent au quotidien.

Pierre-René Lemas

Président de France Active

Avec UrgencESS, nous avons pu apporter une réponse plus que tangible à des associations comme à des entreprises pleinement mobilisées sur le développement du lien social, la culture ou l’écologie. Et nous leur avons aussi permis de penser leur modèle pour rebondir face à la crise et de se projeter dans une relance pleinement solidaire.

Focus sur des structures

Solikend – Innover pour un tourisme solidaire, hors-saison et local
Pyrénées Atlantiques

Solikend est un projet innovant et solidaire dans l’hôtellerie en faveur du monde associatif solidaire, bâti sur un modèle économique hybride unique sur le territoire. Yoann Magnin, le créateur, souhaite déployer le 1er de réservation solidaire via une plateforme unique qui référence les hôtels « citoyens en Nouvelle-Aquitaine » et reverse une partie des sommes sous forme de dons pour les associations. Cette offre de réservation en ligne au service du monde associatif repose sur plusieurs fondements : un système d’utilisation rapide des dons, un dispositif pensé dans l’intérêt des acteurs du tourisme hors-saison et une modulation du prix (entre 75 et 125%) permettant à différents profils d’utilisateurs de participer à la collecte de dons. Avec 7 emplois créés en 2021, la structure ne pouvait se permettre de freiner son développement avec la pandémie : la prime UrgencESS leur a permis de garder le cap et d’initier une nouvelle phase de développement du tourisme solidaire au Pays Basque.

Triporteur à cartouches – Recyclez vos cartouches d’imprimante dans les Hauts-de-France !

L’association des Triporteurs à Cartouches, dite « TAC », est née en 2011 sous l’impulsion de 3 personnes, avec comme objectif la sensibilisation du grand public à l’environnement et à l’éco-citoyenneté. Partant du constat que de nombreux déchets d’impressions sont encore jetés aux ordures ménagères courantes, TAC organise des collectes de cartouches d’impression usagées en Hauts-de-France auprès des entreprises, associations, collectivités et particuliers pour les recycler. Très engagée sur le créneau écologique, elle réalise ces collectes en mobilité douce avec un triporteur sur la ville de Lille et en véhicule électrique extra-muros. Grâce à ces derniers, l’association véhicule l’image et le concept au grand public. Fragilisée par la crise, la structure a bénéficié d’une prime UrgencESS en avril de 5000 euros.

Dans le 19ème, à chacun ses vacances

Localisée dans le 19ème arrondissement de Paris, A Chacun Ses Vacances est une association qui propose des activités de loisirs et des séjours pour personnes en situation de handicap mental, quel que soit le type et le degré de handicap mental, sans discrimination. L’association fonctionne en logique de groupe restreint : elle propose toujours des activités ou des séjours de moins de 10 adhérents. L’encadrement va de 1 animateur pour 1 adhérent à 1 animateur pour 3 adhérents maximum. Elle propose des activités suivies (tennis, équitation), des « escapades » avec ateliers et visites et des sorties nocturnes (restaurant, concert, bowling).
Comme toutes les activités touristiques, A Chacun Ses Vacances a vu la pandémie secouer sa trésorerie et a bénéficié en juin du dispositif UrgencEss pour sécuriser ses emplois.

Tibert éditions : Dans l’Allier, des livres illustrés, un esprit de collection

Depuis 2016 les éditions Tibert se consacrent à la redécouverte du beau livre illustré. Travaillant sur toute la chaîne du livre, la structure vise à revaloriser l’artisanat de l’édition et la beauté du livre comme objet. Le confinement, la fermeture des librairies et la primauté de certaines grandes enseignes pour la vente de livres a suscité de nombreuses craintes pour Tibert éditions qui n’avait jamais connu de problème de trésorerie. La prime UrgencEss est venue sécuriser la trésorerie en avril pour permettre à la structure de tenir bon avant la réouverture.

Sitaphy : l’insertion du handicap dans l’Yonne.

Depuis 2002, l’association Sitaphy développe une activité de fabrication de jouets médiévaux en bois destiné à favoriser l’insertion sociale et professionnelle des travailleurs handicapés dans le cadre d’un Atelier Chantier d’Insertion (ACI). Elle produit près de 40 000 pièces par an, dans une démarche de développement durable n’utilisant que du bois local. Très ancrée sur son territoire bourguignon, la structure voit son rôle d’acteur de la cohésion sociale reconnu dans les réseaux de l’insertion locaux. Elle contribue aux démarches collectives des ACI de l’Yonne, y anime différents ateliers et noue divers partenariats avec des structures dans le domaine du handicap. Sitaphy a reçu une prime UrgencESS en mai dernier au plus fort de la crise.

Détail des aides


Régions Aides accordées
(nb total)
Total € Nb emplois
Auvergne Rhône Alpes 619 3 653 000 € 2 255
Bourgogne Franche Comté 230 1 330 000 € 767
Bretagne 306 1 821 000 € 990
Centre Val de Loire 208 1 253 000 € 532
Corse 53 337 000 € 201
Grand Est 422 2 515 000 € 1 225
Guadeloupe 58 353 000 € 211
Guyane 20 118 000 € 48
Hauts-de-France 394 2 369 000 € 1 302
Ile-de-France 573 3 417 000 € 2 018
La Réunion 73 440 000 € 223
Martinique 37 224 000 € 135
Mayotte 21 129 000 € 63
Normandie 152 937 000 € 624
Nouvelle Aquitaine 477 2 856 000 € 1 210
Occitanie 477 2 892 000 € 1 483
Pays de la Loire 320 1 936 000 € 846
Provence Alpes Côte d’Azur 346 2 072 000 € 1 029
       



Télécharger le communiqué de presse

Autres communiqués de presse


[the_grid name="5 derniers cp"]

Découvrez toutes l’actus

UrgencESS : prolongation du dispositif d’accès aux aides pour les petites structures employeuses de l’Économie sociale et solidaire (ESS)


Paris, le 30 juin 2021

En janvier 2021, Olivia Grégoire, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, en charge de l’Économie sociale, solidaire et responsable a mobilisé un fonds d’urgence de 30 millions d’euros pour les structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) de moins de 10 salariés, frappées par la crise. Initialement accessible jusqu’au 30 juin 2021, ce fonds reste ouvert aux dépôts de dossiers à l’adresse www.urgence-ess.fr pour un mois supplémentaire, jusqu’au 31 juillet 2021. Le réseau de France Active poursuivra l’instruction des dossiers déposés jusqu’au 31 août 2021, date de clôture du fonds.

En date du 30 juin, cette aide financière allant de 5 000 euros, pour les structures de 1 à 3 salariés, à 8 000 euros pour les structures de 4 à 10 salariés, a permis de soutenir plus de 3 000 structures pour un montant total de 18,3 millions d’euros (consulter en annexe la répartition). L’impact sur le maintien de l’emploi est concret : près de 10 000 emplois sauvegardés.

Au-delà de la seule aide financière, le dispositif UrgencESS accompagne les structures à travers un diagnostic de situation économique et un travail de conseil permettant de les diriger vers de nouvelles solutions de financement, notamment dans le cadre de France Relance.

Olivia Grégoire

Secrétaire d’État à l’Économie sociale, solidaire et responsable

Le fonds UrgencESS a permis à de nombreuses petites structures de traverser la crise. Les aider à tenir ce n’est pas qu’une réponse à l’urgence, c’est également une réponse pour l’avenir : grâce à l’accompagnement appuyé dont elles ont bénéficié pour pérenniser leurs actions, c’est aussi avec ces structures que nous pouvons désormais concrétiser la relance de notre économie.

Pierre-René Lemas

Président de France Active

Avec UrgencESS, nous avons pu apporter une réponse plus que tangible à des associations comme à des entreprises pleinement
mobilisées sur le développement du lien social, la culture ou l’écologie. Et nous leur avons aussi
permis de penser leur modèle pour rebondir face à la crise et de se projeter dans une
relance pleinement solidaire.

Focus sur 2 structures

L’Association Solid’air – Un véritable espace de vie sociale à Bois-en-Ardres
Pas-de-Calais.

Depuis 10 ans, cette association oeuvre pour des activités sociales et de loisirs pour tous publics. Elle propose des ateliers divers et variés. La crise fortement impacté sa situation économique, car si l’association a continué de fonctionner, elle n’a en revanche pas eu la possibilité d’organiser d’événements, une activité qui contribue fortement à son modèle économique.
Grace à UrgencESS, l’association a pu maintenir une partie de son activité et l’emploi au sein de la structure. D’autres solutions de financement et d’accompagnement lui ont permis de créer de nouvelles activités, telle une friperie à tout petits prix qui rencontre un grand succès.

BioBerry – Promouvoir l’agriculture bio
Cher

BioBerry intervient auprès du grand public, des scolaires et des collectivités, au service des producteurs, transformateurs et distributeurs de l’agriculture biologique. La crise a conduit l’association à devoir réduire son activité et ses ambitions. Les différents ateliers et animations de promotion de l’alimentation durable étant soumis à de fortes contraintes sanitaires n’ont pu avoir lieu. Cet apport en trésorerie leur a permis de préparer le redémarrage de leur activité.

Détail des aides


Régions Aides accordées
(nb total)
Total € Nb emplois
Auvergne Rhône Alpes 426 2 514 000 1 552,71
Bourgogne Franche Comté 127 752 000 452,33
Bretagne 215 1 282 000 660,3
Centre Val de Loire 127 776 000 348,85
Corse 38 241 000 137,68
Grand Est 245 1 462 000 713,29
Guadeloupe 38 229 000 141,8
Guyane 13 74 000 32,5
Hauts-de-France 305 1 861 000 1 018,5
Ile-de-France 366 2 190 000 1 340,34
La Réunion 30 174 000 88
Martinique 4 20 000 7
Mayotte 17 103 000 45,2
Normandie 61 383 000 265,83
Nouvelle Aquitaine 269 1 621 000 706,11
Occitanie 256 1 562 000 825,3
Provence Alpes Côte d’Azur 214 1 307 000 629,94
Pays de la Loire 281 1 711 000 766,82
Total général 3032 18 262 000 9732,5
       



Télécharger le communiqué de presse

Autres communiqués de presse


[the_grid name="5 derniers cp"]

Découvrez toutes l’actus

France Active se mobilise pour une relance solidaire et annonce un nouveau plan stratégique


Paris, le 10 juin 2021

La crise que nous venons de traverser a accru de manière exponentielle les besoins en conseil et financement des entrepreneurs. Face à ces nouveaux enjeux, France Active se mobilise pour renforcer son soutien aux entrepreneurs engagés : l’association adopte un nouveau plan stratégique pour la période 2021-2025, développant ainsi son soutien à tous ceux qui s’engagent en faveur d’un monde plus juste, plus inclusif et plus durable.

L’ENTREPRENEURIAT ENGAGE : UNE FORTE ATTENTE DES FRANÇAIS

Le nouveau plan stratégique de France Active fait écho aux attentes des Français, selon un sondage OpinionWay pour France Active d’avril 2021 . Malgré le contexte économique bousculé, l’envie d’entreprendre reste forte chez les Français : 20% d’entre eux souhaitent créer leur entreprise. Pour 46% d’entre eux, la crise a suscité des vocations d’entrepreneurs : le télétravail a permis à nombre de salariés de découvrir les bienfaits de l’autonomie et de la responsabilisation.

Cette création d’entreprise prend aujourd’hui un sens accru. 80% des Français considèrent l’entrepreneuriat comme plus utile que jamais, car il fait partie des solutions pour sortir de la crise. Surtout, 26% d’entre eux considèrent que l’entrepreneuriat peut relever un certain nombre de défis autant sociaux et qu’écologiques. Au premier rang de ces défis, les Français placent la lutte contre le gaspillage (47%) suivie de la nécessité de revoir les modes de consommation et de production (46%). Former et donner du travail à tous, en particulier aux personnes éloignées de l’emploi apparaît essentiel pour 43% des Français.

Pour autant, les Français perçoivent la création d’entreprise comme risquée, particulièrement aujourd’hui. Pour 82% d’entre eux, il va devenir plus difficile de trouver des financements en cette sortie de crise. Et 51 % estiment rassurant de pouvoir compter sur l’entraide, et l’appartenance à un réseau d’entrepreneurs.

Si cette voie de la création d’entreprise leur semble un moyen efficace de répondre à ces défis, les Français attendent également beaucoup de l’État (56%), mais aussi des collectivités locales (49%) et des associations (27%). Ensemble, ces entités sont celles qui leur paraissent le plus à même de trouver des solutions innovantes, dans un monde confronté à ces nouveaux défis.

 

Le nouveau plan stratégique de France Active constitue, précisément, une réponse innovante et structurée, face à ces attentes.

UN PLAN STRATÉGIQUE 2021 – 2025

AU SERVICE D’UN ENGAGEMENT SOLIDAIRE, ASSUMÉ, COMBATIF.

Le plan stratégique de France Active a été pensé autour de quatre piliers fondamentaux :

Créer une économie du lien

En accompagnant les entrepreneurs qui construisent des réponses aux défis sociaux et environnementaux, notamment ceux qui rencontrent des difficultés particulières d’accès et au conseil et au crédit. Ce choix s’affirme comme compatible avec l’idée de croissance : l’économie construite avec ces entrepreneurs s’avère fortement créatrice d’emploi.

Dans cette optique, France Active développe une offre « Inclusion » pour mieux détecter et accompagner les potentiels. Elle propose également une connexion avec ses partenaires de la « Tech for good » (Solidatech, Simplon…), afin d’aider les entrepreneurs à prendre en main le digital, levier essentiel de transformation.

Agir en résonnance avec les territoires

En soutenant toujours plus les entreprises qui apportent des solutions aux problématiques territoriales. Priorité sera ainsi donnée aux quartiers prioritaires de la ville, aux zones de revitalisation rurale, aux centres bourgs et cœurs de villes moyennes, aux zones industrielles en reconversion et outremers.

France Active accélère son soutien individuel aux entrepreneurs d’une démarche de construction collective, afin d’aider des filières à se structurer. Elle va également développer sa participation à des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) et aux projets de territoires portés par les collectivités locales.

Investir la finance

Pour rééquilibrer les rapports de force entre la finance, les territoires et les citoyens. France Active a aujourd’hui gagné la bataille de l’accès à la banque pour les créateurs d’entreprise, et participé à la constitution d’une finance solidaire désormais reconnue. Il s’agit d’aller plus loin, notamment lors des phases critiques de la vie d’une entreprise : démarrage, passage de cap difficile, transformation, mais aussi appui aux territoires et aux publics les plus fragiles.

 

Pour ce faire, France Active va mobiliser de nouveaux partenaires financiers. Elle va également développer l’engagement citoyen autour de l’épargne solidaire, en encourageant la démocratisation des circuits d’épargne solidaire auprès du grand public.

Faire Mouvement

En transformant la somme des réussites individuelles des entrepreneurs engagés en réussite collective, capable d’impulser une réelle transformation de notre économie.

 

A ce titre, France Active compte tisser de nouvelles alliances avec des syndicats de salariés, des clubs d’entrepreneurs, des acteurs financiers innovants, ou encore des mouvements de défense des consommateurs ou de l’environnement, de lutte contre la pauvreté…. Ces réseaux élargis permettront aux entrepreneurs engagés de partager des opportunités, et de peser collectivement dans l’espace public.

LA MOBILISATION COMMENCE DES 2021, AVEC UNE FORTE REPRISE DE L’ACTIVITÉ.

En 2020, France Active a accompagné 30 000 entreprises et mobilisé 410 millions. Parmi celles-ci, plus de 13 500 ont bénéficié d’un financement, soit près de 2 fois plus qu’en 2019. Plus de 10 000 ont vu leur micro-crédit sécurisé par notre société de garanti et les 6000 restant ont été concernés par nos actions de suivi et de conseil. Une action d’une ampleur sans précédent depuis plus de 30 ans qui a permis la création et la préservation de 58 000 emplois (60 % créés).

Pour accompagner cet accroissement, France Active a déployé le fonds d’État pour les petites structures de l’ESS : UrgenceESS. Cela lui permet d’orienter plus de 30 millions d’euros doté l’Etat vers des entrepreneurs engagés, rapidement et simplement, grâce à un guichet unique. La cible de 5000 structures conseillées et financées sera atteinte à l’été

L’association a également apporté un soutien accru aux entrepreneurs les plus engagés, avec le Prêt Relève Solidaire. Elle a également innové avec la création du premier Prêt à impact solidaire. Le principe : valoriser le fait que l’entreprise ait atteint ses objectifs d’utilité sociale. Plus l’entreprise se rapproche de cette ambition, plus le taux d’intérêt du prêt décroît. Les Papillons Blancs du Cambrésis, un mouvement au service du parcours de vie des personnes porteuses de handicap, a été le premier à bénéficier de ce prêt innovant.


Télécharger le communiqué de presse

Autres communiqués de presse


[the_grid name="5 derniers cp"]

Découvrez toutes l’actus

En Guadeloupe, de nouvelles offres d’ingénieries financières pour les acteurs de l’ESS


Le 30 avril 2021

La Région Guadeloupe, l’État, le Conseil Départemental de Guadeloupe, la Communauté d’Agglomération Nord Grande-Terre, la CRESS-IG, France Active et la Banque des Territoires s’associent pour développer de nouvelles offres d’ingénieries financières en direction des acteurs de l’Économie sociale et solidaire (ESS).

« Faire de l’ESS, un levier de croissance pour les territoires de la Guadeloupe », est un objectif clairement défini par la Région Guadeloupe dans le cadre de son schéma régional de développement économique d’internationalisation et d’innovation (SRDEII).

 

En effet, en qualité de chef de file de l’Économie sociale et solidaire, la Région Guadeloupe, en lien avec ses différents partenaires, a identifié un besoin prioritaire clairement exprimé par les professionnels de l’ESS à savoir le développement de nouvelles offres d’ingénieries financières sur le territoire en lien avec le secteur bancaire.

 

Le partenariat signé le 18 octobre 2019, entre Ary Chalus, président de région et Eric Lombard, directeur général de la Caisse des Dépôts, a notamment eu pour objectif de déterminer les axes d’interventions pour répondre à des objectifs communs de développement territorial, de transition énergétique et de cohésion sociale.

 

Par ailleurs, il a favorisé la collaboration avec l’association nationale France Active au vu de la volonté régionale de déployer des outils de financement adaptés à destination des structures de l’ESS. Dans cette dynamique, la Collectivité Régionale a décidé d’impulser une expérimentation visant l’installation de l’association sur le territoire.

 

La première conférence régionale de l’ESS a permis de mobiliser un partenariat plus large autour de ce projet d’implantation de France Active sur le territoire au regard des enjeux d’accès bancaire pour les acteurs de l’ESS.

 

La deuxième conférence, qui s’est tenue le jeudi 29 avril exceptionnellement en format dématérialisé pour cause du contexte sanitaire, a acté le lancement de la démarche par la signature de la convention de partenariat entre France Active, représenté par son Directeur Général Denis DEMENTHON et les partenaires suivants :

  • La région Guadeloupe représentée par la conseillère régionale en charge de l’ESS, Patricia BAILLET,
  • Le conseil départemental de la Guadeloupe représenté par sa présidente, Josette BORELLINCERTIN ;
  • Les services de l’’État représenté par le Préfet de région, Alexandre ROCHATTE ;
  • La Communauté d’agglomération Nord Grand Terre représentée par son président, Jean BARDAIL ;
  • La Chambre Régionale de l’Économie Sociale et Solidaire des îles de Guadeloupe représentée par son président, Georges LAUMUNO ;
  • Et la Banque des Territoires représentée par son directeur régional aux Antilles-Guyane Christophe LAURENT.

 

La Communauté d’Agglomération du Nord Grande Terre a souhaité marquer son engouement pour cette démarche en apportant son soutien financier à l’expérimentation compte tenu des enjeux pour les acteurs de son territoire et plus largement de la Guadeloupe.

 

L’objectif de ce partenariat consiste principalement à répondre aux besoins d’accompagnement et de financement des entrepreneurs engagés de Guadeloupe en mettant en place d’une part un outil de garantie,d’autre part une solution d’accompagnement à l’intermédiation bancaire et à la stratégie financière.

 

Cette première phase de contractualisation porte essentiellement sur la garantie par France Active des prêts en faveur des acteurs économiques. Il s’agira plus particulièrement de :

  • Sensibiliser les établissements bancaires locaux à l’intérêt et au fonctionnement de l’offre de financement de France Active (garantie d’emprunt bancaire, contrat d’apport associatif, …)
  • Accompagner les entrepreneurs engagés sur les aspects financiers et mettre en place des garanties d’emprunt bancaire ;
  • Animer des partenariats avec les autres acteurs de l’accompagnement et du financement en Guadeloupe afin d’établir des complémentarités d’intervention auprès des porteurs de projet et d’anticiper la création de l’Association Territoriale France Active Guadeloupe ;
  • Évaluer les résultats de l’expérimentation à travers des bilans qualitatif et quantitatif pour calibrer l’activité à venir ;
  • Préfigurer le développement de la future Association Territoriale France Active Guadeloupe.

 

Cette étape d’expérimentation sera suivie dès l’horizon 2023, du déploiement progressif de l’ensemble de l’offre du partenaire avec la création de l’association territoriale France Active Guadeloupe.

 

Pour Alexandre ROCHATTE, Préfet de région, « L’accompagnement à la création, à la reprise et à la transmission d’entreprise est un enjeu majeur pour le territoire de Guadeloupe identifié comme axe d’intervention tant dans le Contrat de Convergence et de Transformation que dans le plan France Relance. L’État soutient l’implantation de France Active en Guadeloupe car nous avons besoin d’un outil complémentaire aux dispositifs d’accompagnement déjà présents sur le territoire. Dans le contexte de crise sanitaire, France Active va favoriser l’accès aux financements bancaires et autres produits de la finance solidaire aux structures qui ont été en première ligne au cours de la période complexe que nous traversons et qui contribuent aux transitions écologique, démographique, numérique et économique de notre territoire. »

 

Pour Ary CHALUS, président de région « Conscients des difficultés qu’ont les banques aujourd’hui à s’engager aux côtés des projets relevant de l’ESS alors même que ces acteurs font depuis toujours preuve de résilience et de mobilisation sur le terrain ; nous avons choisi de nous engager collectivement à travers cette expérimentation pour réduire les risques supportés par les banques. A long terme, il s’agit de faire émerger de nouveaux modèles économiques correspondant à la réalité du territoire. »

 

Pour Josette BOREL-LINCERTIN, présidente du Conseil Départemental : « Le Conseil départemental s’engage pleinement pour l’Économie Sociale et Solidaire en signant la convention expérimentale initiée par France Active. Cette convention vient combler un manque parce qu’elle apporte une solution pour les garanties financières devant être produites par les créateurs d’entreprise dans le cadre de leur plan de financement. Elle profitera, à n’en pas douter à tous les demandeurs d’emploi et notamment les bénéficiaires du RSA souhaitant créer leur emploi tout en développant l’économie guadeloupéenne ».

 

Pour Jean BARDAIL, Président de la communauté d’Agglomération du nord Grande-Terre : « Avec un territoire composé d’un peu plus de 4 000 entreprises dont 90% de TPE, la CANGT, tout en restant dynamique en matière entrepreneurial, doit optimiser les voies et moyens qui doivent concourir à la création et au développement des entreprises de son territoire. Les TPE, de manière général, doivent souvent faire face à des contraintes majeures :

  • Un fonds de roulement restreint, voir nul qui les limite dans leur projet de développement,
  • Un déficit d’expertises diverses et variées dans les différents domaines de la vie de l’entreprise (administratifs, ressources humaines, financières, etc…)
    C’est pour cette raison que l’offre expérimental de France Active axé sur la « garantie d’emprunt bancaire » est particulièrement adaptée à la typologie des entreprises de notre territoire. Elle devrait en effet permettre aux TPE d’améliorer la relation avec les organismes bancaires qui est souvent très difficiles et d’accéder à un fonds de roulement à des investissements dont pour l’instant elles étaient écartées.

Je souhaite donc que cette expérimentation soit concluante et permette ensuite à France Active de déployer l’ensemble de son offre de service sur le territoire, notamment à travers de France Active Investissement : par des prêts participatifs dans les entreprises sociales et solidaires et les entreprises innovantes socialement.

 

Pierre-René LEMAS, président de France Active « Le contexte économique lié à la crise sanitaire confirme notre volonté de participer au développement de l’Économie sociale et solidaire sur la Guadeloupe. Les potentiels de développement sont importants. Ils reposent sur des besoins insuffisamment couverts sur l’ensemble du territoire. Nous aurons à coeur d’accompagner l’ensemble des entrepreneurs souhaitant s’engager dans une économie à hauteur d’hommes, répondant aux défis sociaux et écologiques de la Guadeloupe. Grace à cette convention, nous allons travailler sur les deux ans qui viennent à la préfiguration de l’association territoriale France Active Guadeloupe. Notre présence sera pérennisée à l’horizon 2023. »

 

Pour Christophe LAURENT, directeur régional Antilles-Guyane de la Banque des Territoires « La Banque des Territoires est un partenaire historique de France Active, qu’elle contribue à doter financièrement pour mettre en place les outils financiers (fonds propres, dette et garantie d’emprunt) distribués par le Réseau France Active. Cette expérimentation, qui aboutira à créer une représentation permanente de France Active en Guadeloupe, permettra aux acteurs de l’ESS et aux entrepreneurs engagés Guadeloupéens, de bénéficier de ces financements auxquels ils n’ont pas accès aujourd’hui. C’est un enjeu majeur pour soutenir un secteur d’activité pourvoyeur d’emploi non délocalisables, dont le poids est particulièrement important dans l’économie Guadeloupéenne. »

 

 


Télécharger le communiqué de presse

Autres communiqués de presse


[the_grid name="5 derniers cp"]

Découvrez toutes l’actus