Laure DESCOUBES
export-blancshare-hover-full
Co-directrice de l’EBE Actypoles Thiers

Lutte contre le chômage

Actypoles Thiers, dans le Puy-de-Dôme, l’une des dix EBE nées de la loi d’expérimentation "Territoires zéro chômeur". Ce dispositif national, imaginé par ATD-Quart Monde, est testé pour 5 ans sur 10 micro-territoires. Il a très vite été appuyé par France Active car il innove dans la lutte contre le chômage longue durée.

Zéro chômeur : chiche ?

Thiers (63)
Lutte contre le chômage

« Je n’avais pas prévu de devenir chef d’une Entreprise à But d’Emploi (EBE), mais je suis fière d’être de l’aventure ! », s’enthousiasme Laure Descoubes qui ne s’économise pas à la tête d’Actypoles Thiers, dans le Puy-de-Dôme, l’une des dix EBE nées de la loi d’expérimentation « Territoires zéro chômeur longue durée ».
Ce dispositif national, imaginé par ATD-Quart Monde, est testé pour cinq ans sur dix micro-territoires. Il a très vite été appuyé par France Active. « Son caractère innovant, son ancrage dans les territoires, la démarche collaborative associant acteurs privés et publics et surtout la volonté de lutter contre le chômage de longue durée… Tout cela correspond à l’ADN de France Active », énumère Laura Santotide, chargée de financement.

Utilité sociale et territoriale

Son principe ? Proposer aux personnes volontaires, privées d’emploi depuis plus d’un an sur un territoire, une activité adaptée à leurs envies et leurs compétences. « Il s’agit de faire une proposition d’embauche en CDI, rémunérée au Smic, à toutes les personnes privées durablement d’emploi, qu’elles soient ou non inscrites à Pôle emploi », précise Daniel Le Guillou, vice-président d’Actypoles Thiers et chargé de mission pour ETCLD, l’association qui gère le fonds d’expérimentation, financé par l’État pour cinq ans. À terme, il est prévu que la réallocation des dépenses et des manques à gagner liés au chômage durable financent une partie du dispositif.
Parallèlement, les activités créées doivent remplir deux conditions : être utiles au territoire et répondre à des besoins non satisfaits par l’initiative privée, principalement en raison d’un manque de rentabilité.

Un CDI pour tous

Dans les anciens locaux d’une usine de coutellerie, l’EBE auvergnate chapeaute les premières activités initiées par ses salariés : reconditionnement informatique, garage solidaire, pôle « nature » ou « patrimoine ». Une cinquantaine de personnes ont déjà été embauchées dont 45 à temps plein. Les dernières concernent 7 couturières des Bébés Lutins. L’activité de création et confection de gamme de couches lavables avait du mal à trouver repreneur. « Non couverte sur le territoire, la reprendre s’est imposée à nous », témoigne Laure Descoubes qui n’exclut pas qu’elle sorte à terme du dispositif.
Toutes les personnes embauchées viennent de deux quartiers où le revenu annuel médian ne dépasse pas 10 000 €. « En marge du marché du travail depuis longtemps, il faut les accompagner dans leur nouvelle vie, professionnelle et personnelle », poursuit la co-directrice. À Thiers, « l’initiative va créer beaucoup d’emplois sur un territoire qui a souffert de la liquidation d’entreprises de coutellerie et d’une forte chute de sa population », relève Benjamin Preteseille, chargé de mission à France Active Auvergne. Objectif à terme : créer 200 emplois sur cinq ans. De sa réussite dépendra l’essaimage du modèle à l’ensemble du territoire !

A bénéficié

d’une garantie de
44 800€
d’un prêt solidaire de
80 000€

A été accompagné par

France Active
Auvergne Active

Avec le soutien de

Cache Cache

En 2017

C'est ici

 

Autres stories

Partager sur Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page