fbpx

DATE DE PUBLICATION 07/03/2024

Les femmes et la création d’entreprise. Baromètre France Active & Fédération bancaire française réalisé par OpinionWay

Les femmes plus motivées que les hommes pour créer, malgré la perception de difficultés qui demeurent

Montreuil, le 6 mars 2024

Dans un contexte économique incertain, l’envie de créer sa propre entreprise chute de 15 points en 4 ans. Et pour la première fois, les femmes actives se montrent plus motivées que les hommes actifs ! Pour autant, les perceptions sur les difficultés à entreprendre demeurent, même si la réalité est plus positive notamment dans l’accès au financement. France Active et la Fédération bancaire française ont chaque jour des preuves que les femmes réussissent à entreprendre tout autant que les hommes, et agissent ensemble en faveur d’une plus grande égalité. Le point sur la perception des Françaises et des Français.

La création d’entreprise : 27% des femmes veulent se lancer

Quatre ans après la première étude1, quelques évolutions sont particulièrement frappantes :
  • 45% des actifs (- de 60 ans), sont motivés par l’envie de créer leur propre entreprise, soit une baisse de 15 points. A l’inverse, le salariat redevient la valeur refuge avec une hausse de 18 points chez cette même catégorie.
  • Les femmes restent particulièrement motivées par l’entrepreneuriat, et pour la première fois, nettement plus que leurs homologues masculins (48 % des femmes de moins de 60 ans contre 40% des hommes).
  • En 2024, près d’1 femme sur 3 (27%) envisage de créer un jour sa propre entreprise contre 22% des hommes ! Une ambition en hausse de 4 points depuis 2020.

Qu’est-ce qui motive tant les femmes ?

Parmi celles qui sont prêtes à se lancer, l’opportunité de gagner plus d’argent, arrive en tête des motivations chez les femmes (54 % vs 49% des hommes). La création d’entreprise est perçue comme une opportunité de sortir d’une situation professionnelle précaire (32%).

 

L’envie de concrétiser une idée personnelle qui leur tient à cœur arrive en 2ème position (49% des femmes, vs 59% des hommes), suivi par l’envie de donner plus de sens à leur vie professionnelle (45%).

L’accès au financement : une représentation éloignée de la réalité

Plus de 2 français sur 3 estiment qu’il n’est ni plus facile ni plus difficile et même parfois plus facile pour une femme que pour un homme d’obtenir un prêt bancaire afin de créer son entreprise.


39% des femmes pensent que l’accès aux prêts bancaires serait plus difficile pour elles et 25% des hommes ont le même sentiment.

Environ 1 femme sur 5 estime qu’elles osent moins demander des crédits et des financements bancaires que les hommes.
Autre frein, la vie familiale. 38% des femmes pensent qu’elles osent moins mettre de côté la vie de famille que les hommes.

En revanche, les femmes oseraient plus sur les 3 points clés de réussite dans la création (formation, accompagnement, partage) : les femmes sont perçues comme plus susceptibles que leurs homologues masculins, de prendre des initiatives positives pour la création de leur entreprise, comme suivre une formation, demander conseil et se faire accompagner, chercher une écoute ou encore tester leurs idées auprès de leurs proches.

France Active et la Fédération bancaire française, aux côtés des créatrices d’entreprise : la réalité des femmes qui réussissent

Du côté de France Active, parmi les 36 440 entrepreneurs que France Active accompagne chaque année, près de la moitié sont des femmes (selon le baromètre Infogreffe, elles représentaient 32 % des créateurs d’entreprise en 2023). Et elles font la démonstration de leur réussite : 83% d’entre elles sont toujours en activité après leur financement (contre 74% en moyenne).

France Active et la Fédération bancaire française agissent conjointement pour favoriser le recours au financement et lutter contre les idées reçues illustrées encore dans cette enquête, notamment en publiant un mini guide « Entreprendre au féminin » qui apporte des informations pédagogiques aux femmes qui souhaitent se lancer dans l’entreprenariat.

France Active propose ainsi depuis plus de 15 ans, avec le soutien du secrétariat d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, une garantie d’emprunt bancaire spécialement dédiée aux femmes : la garantie EGALITE Femmes. Elle facilite l’accès au crédit bancaire pour les entrepreneures demandeuses d’emploi ou en situation de précarité. Elle leur permet de voir leur financement garanti jusqu’à 80 % du montant du prêt. Près de 30 000 femmes ont pu bénéficier de cet accompagnement depuis sa création.

France Active organise également, chaque année, différentes opérations sur les territoires : concours en région centré sur l’entrepreneuriat féminin, programmes spécifiques dans les quartiers, rencontres entre femmes cheffes d’entreprise, promotion de l’égalité femme-homme. Le mouvement associatif agit aussi aux côtés du collectif Femmes de territoires et de la Fondation des Femmes en organisant des rencontres et des webinaires pour lever les freins de l’accès au financement.

1- Sondage OpinionWay pour France Active – Février 2020

Fanny GEROME

Directrice générale adjointe de France Active

A travers l’ensemble de ces initiatives, nous défendons l’égalité des chances dans la capacité à entreprendre dans notre pays. Nous sommes convaincus que les femmes qui bénéficient d’un accompagnement spécifique mettent toutes les chances de leurs côtés pour mener à bien de beaux projets et nous constatons tous les jours des nouvelles réussites sur nos territoires. Notre mission est que toute femme qui le souhaite puisse créer ou reprendre une entreprise, avec les mêmes chances de succès et de pérennité que l’ensemble des entrepreneurs.

Maya ALTIG

Directrice générale de la Fédération bancaire française

Les banques sont aux côtés des entrepreneurs et notamment des femmes entrepreneures. Que ce soit au niveau de la fédération ou dans chaque établissement, nous ne poursuivons qu’un seul objectif, accompagner nos clients et clientes dans leurs projets. Pour ce faire, nous travaillons avec tout l’écosystème et nos membres lancent de nombreuses initiatives. Les résultats de l’étude nous montre qu’il reste à chacun un travail de pédagogie à mener pour continuer à améliorer une perception qui ne se retrouve pas dans la vie réelle.

Autres communiqués de presse