fbpx

Séverine MASUREL

Fondatrice de la coopérative funéraire de Lille

Scic de pompes funèbres

Quand j’ai découvert ce concept, ce fut un vrai déclic, je me suis demandé pourquoi cela n’existait pas dans ma région. Je trouvais le fonctionnement sain et c’est ce qui m’a séduit.

Humaniser la prise en charge des défunts et de leur famille

Lille (Nord)
Pompes funèbres coopératives
En France, on dénombre plus d’un décès chaque minute. Bien que le sujet soit tabou, nous y sommes tous un jour confronté. Quand cela arrive, les familles fragilisées par cette nouvelle, souhaitent bénéficier d’un accompagnement personnalisé et d’une écoute attentive. C’est le rôle que s’est donné la coopérative funéraire de Lille, fondée par Séverine Masurel.

C’est par le fruit du hasard et des rencontres que cette Lilloise se retrouve à la tête de la première coopérative funéraire des Hauts de France.

Avec une formation en management et gestion, Séverine Masurel a travaillé 24 ans dans le commerce textile, chez Damart. Son dernier poste en date était responsable du service approvisionnement et gestion des stocks. « J’ai eu la chance de travailler dans une société qui a permis ma reconversion. J’y ai appris la gestion, le management, la gestion de projet, le travail en équipe, mais à 47 ans j’avais le besoin fort de me tourner davantage vers les relations humaines, l’accompagnement. »

Parallèlement et au gré de recherches sur internet, elle tombe par hasard sur un article présentant la coopérative funéraire de Nantes. Elle est séduite par le concept. « C’est une autre façon de voir les obsèques et la relation avec les familles », nous précise-t-elle.

Les coopératives funéraires sont des entreprises de pompes funèbres mais pas comme les autres. Elles mettent l’humain et le respect des volontés du défunt au centre de leurs actions et le respect de l’environnement fait partie de leur ADN. Le concept vient du Canada, et se concrétise la plupart du temps en France sous forme de SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif). Ces structures doivent être rentables, mais le profit dégagé est à 100% réinvesti dans la coopérative pour améliorer son fonctionnement et donc au seul profit des familles. Il n’y a pas d’enrichissement personnel. Les salariés de la coopérative ont un salaire fixe et n’ont pas de prime sur la vente de biens ou de services.

Par ailleurs, ces structures sont totalement transparentes sur les prix et sur ce qui est obligatoire ou ne l’est pas.

« Quand j’ai découvert ce concept, ce fut un vrai déclic, je me suis demandée pourquoi cela n’existait pas dans ma région. Je trouvais le fonctionnement sain et c’est ce qui m’a séduit ». Le projet prend forme progressivement. Elle commence par suivre des formations dans le domaine funéraire, elle lance une association de préfiguration et décide de partir à la découverte des structures pionnières en France.

Elle fait un stage de 15 jours au sein de la coopérative funéraire de Nantes et d’une journée au sein de celle de Rennes. Ces immersions lui permettent de mieux comprendre le fonctionnement, de rencontrer les familles, de voir l’accompagnement dont elles bénéficient, le rapport au défunt et l’organisation concrète d’une coopérative.
« Je ne venais pas du monde de l’ESS, ces modes de gouvernance et ces modèles économiques m’étaient totalement étrangers. J’avais besoin de voir par moi-même comment tout cela était organisé, de comprendre, et je fus séduite. »

Elle avance sur son budget prévisionnel et rencontre l’Union régionale des Scop pour le finaliser et écrire les statuts de la SCIC. Par ce biais, elle rencontre les banques et France Active Nord pour lui permettre de financer son projet. Elle obtiendra un investissement ainsi que la garantie de son prêt bancaire de la part de France Active.

La coopérative a ouvert en janvier 2022. En complément de ses activités, elle s’est donnée comme mission de lever le tabou sur la mort en organisant régulièrement des événements ouverts à tous : (visio) conférences, « cafés mortels », ateliers, visites… Au programme de ces rendez-vous : la découverte de nouvelles pratiques ou nouveaux rites, des temps d’échanges entre les participants, de l’information générale sur la Mort et le Funéraire.

Elle propose également des ateliers sur les volontés funéraires afin d’informer chacun d’entre nous sur les éléments indispensables à anticiper, les discussions à avoir avec ses proches.
Elle a d’excellents retours sur ces événements de la part des participants qui se sentent plus légers et mieux informés sur les démarches à accomplir.

Séverine est particulièrement fière de pouvoir accompagner les familles dans ces périodes difficiles et elles rendent bien en lui donnant des retours très positifs.
Depuis son lancement, la SCIC se développe et Séverine continue à échanger avec les autres coopératives funéraires. Elle est la 7e à s’être créée en France, d’autres sont en projet. Chaque mois, elle ne loupe sous aucun prétexte la visio qui leur permet à toutes de mettre en commun leurs pratiques et de trouver des solutions aux difficultés ponctuelles auxquelles elles peuvent être confrontées.
Ses projets à moyens termes seraient d’agrandir l’équipe et d’avoir sa propre salle de cérémonie.

A bénéficié

d'une garantie de

50 000€

d'un investissement de

30 000€

A été accompagné par

France Active Nord

En 2021 et 2022

C'est ici ?

Autres stories

Partager sur...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page