fbpx

Nouveau modèle, nouveau départ pour Pléiades

Christophe DAMIRON

PDG de la Scop Pléiades

Services médico-sociaux à domicile

En faisant le pari de la Scop, nous avons posé les bases d’une nouvelle pérennité économique et d’un projet mobilisateur pour le collectif.


Feurs (Loire)
Services médico-sociaux à domicile

En devenant une Scop (société coopérative et participative) en juillet 2023, l’ex-association Pléiades a ouvert un nouveau chapitre pour ses 300 salariés et ses 3 000 bénéficiaires des services médico-sociaux à domicile qu’elle propose pour tous les âges de la vie.
.

« Pléiades a connu des tsunamis successifs », résume Christophe Damiron, son actuel PDG. La structure est en effet née du regroupement de plusieurs associations, la dernière en date aboutissant à une procédure de redressement judiciaire déclenchée par le tribunal de Saint-Étienne en 2018. Christophe Damiron, ancien militaire, depuis vingt ans dans le monde du médico-social, rejoint alors l’embarcation en tant que directeur général, pour travailler à un plan de sortie de crise : « en juillet 2020, nous mettons sur pied un plan de continuation qui se heurte à la pandémie Covid. Celle-ci a certes créé un effet d’aubaine avec l’augmentation des besoins de nos publics, mais sans résoudre notre déficit financier dû en partie à une tarification encadrée trop faible. Or, l’enjeu était grand, car nous avions plus de 300 salariés sur le terrain, motivés et mobilisés », se rappelle-t-il.

La sortie de crise par la voie coopérative

Pléiades opte alors pour un radical changement de modèle quand Christophe Damiron se met en relation avec l’UR Scop (Union régionale des Scop) d’Auvergne-Rhône-Alpes. « Ils ont challengé durant six mois notre modèle économique, ce qui nous a permis de remettre en perspective et de consolider notre projet d’entreprise. Par exemple, en axant notre développement sur des services de conciergerie. En parallèle, la tarification réglementée a été revue à la hausse, ce qui nous nous a donné plus d’assise économique », explique-t-il.
Sans oublier que le modèle coopératif est fondamentalement participatif : ainsi 37 % des salariés de Pléiades ont accepté de devenir sociétaires en investissant un mois de salaire. Ce qui a représenté une vraie force à la barre du tribunal quand il a fallu défendre le projet.
« Mais au-delà de l’annulation de la dette de l’association grâce à sa liquidation judiciaire, du nouveau modèle économique en Scop et de la mobilisation des salariés, encore fallait-il reconstituer notre fonds de roulement », précise Christophe Damiron. L’UR Scop le met alors en relation avec différents financeurs et avec France Active qui lui apporte des garanties bancaires et un investissement à hauteur de 250 000€. « Sans ce soutien du mouvement coopératif, du Crédit Coopératif et de France Active, nous n’aurions pas réussi à convaincre le tribunal et les investisseurs de notre capacité à reprendre l’association et à nous engager sur une voie équilibrée et pérenne. Une des clés du succès est d’être bien entourés et cela a été le cas », complète-t-il.

Une Scop désormais à flot

Presque un an après le lancement de la Scop, Pléiades compte environ 90 sociétaires et connaît une situation économique favorable « Aujourd’hui, tous les voyants sont au vert. Nous avons retrouvé la possibilité d’investir dans nos projets. »
Pour Christophe Damiron, les prochains mois vont dès lors être cruciaux pour relever deux défis majeurs. « Le premier sera de confirmer la solidité de notre rentabilité. Car n’oublions pas que les structures de l’ESS sont des entreprises qui doivent être viables économiquement. C’est un prérequis indispensable. »
Le second : être attractifs en tant qu’employeur. « Comme beaucoup d’acteurs du secteur médico-social, nous faisons face à une crise des vocations. Ce qui nous oblige à nous montrer innovants dans nos recrutements et à intégrer de l’agilité et de l’adaptabilité. Là aussi, la gouvernance coopérative est un plus, car elle permet aux sociétaires de reprendre la main sur la définition des conditions de travail et la stratégie. »


Site internet

A bénéficié du

Avec

une garantie de

100 000€

un investissement de

250 000€

A été accompagné par

France Active Loire

En 2023

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

“A Meda”, une épicerie qui fait du lien social sa spécialité 

Dominique MARTINI

Co-gérante d’“A Meda”

Epicerie fine de produits locaux et bar à vins

La prime du programme Accès+ dont j’ai pu bénéficier a été décisive car elle nous a permis de financer notre laboratoire de production, au moment où nous avions le plus besoin de fonds.
L’accompagnement de France Active a été super, ils ont été très réactif, ce qui nous a permis d’ouvrir « A Meda » rapidement.



Levie (Corse)
Epicerie fine de produits locaux et bar à vins

Dominique Martini, a repris une épicerie spécialisée dans les produits régionaux de son village natal du sud de la Corse : Levie. Le programme Accès+, soutenu par le ministère du Travail de la Santé et des Solidarités lui a permis de se lancer plus sereinement.

Dominique MARTINI, pouvez-vous nous présenter votre projet ?

A Meda, est une épicerie fine spécialisée en produits locaux corses. Ils sont sélectionnés par nos soins auprès de petits producteurs des environs ou confectionnés directement sur place, notre produit phare est la Sciacce de Levie à la pomme de terre. Avec mon conjoint, nous avons débuté cette aventure lorsque nous sommes devenus parents. Nous avons fait le pari d’un changement de vie, en nous installant dans le village d’où nous sommes originaires.

Attachés à notre terroir, nous travaillons avec un maximum de producteurs locaux, avec des produits de qualité vendus à un prix raisonnable pour une clientèle locale principalement. Ce qui nous tient à cœur, c’est d’être un lieu ouvert à tous qui maintient le lien intergénérationnel dans la commune. Pour cela, nous organisons des soirées festives car nous voulons aussi apporter de l’animation toute l’année, y compris en dehors des saisons touristiques.

Pourquoi vous êtes-vous tourné vers France Active ? Et que retenez-vous de cet accompagnement ?

France Active nous a accompagné en garantissant le prêt nécessaire à l’achat du fonds de commerce que nous avons repris. Sans cet appui, “A Meda ”aurait pu difficilement voir le jour.
Au départ, je ne connaissais pas du tout l’association, c’est ma banque qui m’a transmis les coordonnées de France Active Corse. Cette aide précieuse a pu nous permettre de démarrer avec une trésorerie confortable, un vrai plus pour pouvoir se lancer !

Alors que nous devions ouvrir l’épicerie, le partenaire qui devait réaliser les spécialité Corse proposées à la vente s’est désisté. La prime du programme Accès+ dont j’ai pu bénéficier a été décisive car elle nous a permis de financer notre laboratoire de production, au moment où nous avions le plus besoin de fonds.
L’accompagnement de France Active a été super, ils ont été très réactif, ce qui nous d’ouvrir « A Meda » rapidement.

Quels sont vos projets pour les années à venir ?

Nous souhaitons continuer à nous développer davantage. En particulier sur la confection de spécialité sur place, pour à l’avenir, devenir producteur nous-même. C’est grâce à ces produits que nous pouvons faire rayonner notre commerce, notre village et notre territoire.

Zoom sur le programme Inclusion par le Travail Indépendant :

En mars 2021, France Active répond à un appel à projets lancé par le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion. A cette occasion, France Active enrichi son Pacte Création de nouveaux modules d’accompagnement à destination des entrepreneurs les plus fragiles autour de 4 thématiques :

  • la pédagogie financière (piloter sa trésorerie, gérer au mieux ses relations avec son banquier, tableaux de bord et outils de gestion, crowdfunding et analyse et gestion financière),
  • la protection et sécurisation (la prévention des risques, la protection sociale et juridique, la responsabilité civile, les cyber-risques)
  • la sensibilisation au numérique (pour la prospection, la notoriété…),
  • une sensibilisation à l’engagement.

Et pour les jeunes de 18 à 30 ans, une prime de 3 000€.

A bénéficié du

Avec

une garantie de

80 000€

une prime de

3 000€

A été accompagné par

France Active Corse

En 2022

Le regard de France Active


Alicia CHERENTI
Chargée de mission chez France Active Corse

Quels étaient les premiers besoins de Dominique Martini, lorsqu’elle a pris contact avec France Active Corse ?

Dominique Martini et Baptiste Nicolai ont eu une belle opportunité en reprenant l’épicerie “A Meda”. Située dans une zone rurale excentrée, c’est un projet que nous avons eu à cœur de soutenir, car il a un réel impact positif sur son territoire : il le dynamise, il rapproche les habitants tout en faisant vivre l’économie locale. C’est un de nos partenaires bancaires qui a pu nous mettre en relation. L’accompagnement a été rapide et fluide lors du lancement du projet.

Qu’est-ce que France Active Corse a mis en place pour aider cet entrepreneur ?

Pour compléter leurs apports personnels, ils ont pu bénéficier d’une garantie égalité territoire, qui a couvert 80% de leur emprunt, du fait de l’implantation dans un territoire rural fragile. A travers le programme Accès+ du pacte Création de France Active Dominique Martini a participé à des webinaires. Notamment avec notre partenaire Entrepreneurs de la Cité sur la thématique de la Protection & de la Sécurisation afin de mieux connaitre les risques auxquelles les entreprises pourraient être confrontées. Notre soutien est essentiel pour ces entrepreneurs, engagés dans un parcours de création, cela sécurise le projet et leur facilite l’accès à des financements.

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

L’autopartage fait sa place dans l’agglomération toulousaine

Alexandre JOUAVILLE

Directeur général de la coopérative Citiz Occitanie

Autopartage

En tant que partenaire, France Active renforce l’écosystème de l’Economie sociale et solidaire en crédibilisant des projets comme le nôtre.


Toulouse et son agglomération 
Autopartage

En mutualisant les véhicules et en réduisant la dépendance à la voiture, l’autopartage est une solution de mobilité innovante et vertueuse pour faire face aux enjeux environnementaux et contribue au mieux-vivre en ville. Il y a plus de 20 ans, naissait le réseau Citiz, aujourd’hui présent dans 200 villes avec un flotte de plus de 2000 voitures disponibles 24h/24. En Occitanie, Citiz propose des voitures dans 45 stations dans toute la région (pour éviter de centrer sur la métropole). France Active est aux côtés des structures de ce réseau pionnier de l’autopartage depuis de nombreuses années.    https://vimeo.com/900929165?share=copy

Alexandre JOUAVILLE, pouvez-vous présenter votre structure en quelques mots ? 

 

Citiz est une coopérative proposant une flotte de voitures en libre-service dans les territoires. Pionnier de l’autopartage en France, nous défendons une vision de la mobilité alternative à la possession d’une voiture individuelle. En permettant d’accéder facilement à une voiture de façon occasionnelle, Citiz remplace 8 voitures individuelles et libère 3 places de stationnement en voirie. Notre ambition est de développer des stations en lien avec toutes les infrastructures d’offres de mobilité durable et de transports en commun dans la région. 

En quoi l’engagement est-il au cœur du projet de Citiz ? 

Tout d’abord, nous sommes une Scic, une société coopérative d’intérêt collectif où toutes les parties prenantes prennent les décisions en commun. Citiz est également un projet ambitieux d’intérêt général qui agit pour l’amélioration de la qualité de vie de nos concitoyens, en limitant le nombre de voitures et l’espace dédié au stationnement en ville. Notre projet s’attache par ailleurs à réduire son impact environnemental en proposant des voitures le moins émissives possibles. Nous souhaitons également donner à certains foyers la possibilité d’accéder à un moyen de transport individuel à moindre coût, grâce à une politique tarifaire transparente et incitative (coût de la location à l’heure, au kilométrage…). 

En quoi France Active vous a-t-elle permis de renforcer vos engagements ? 

France Active adopte une approche prospective de l’engagement avec des critères permettant de s’assurer qu’une finalité engagée soit vraiment au cœur des projets qu’ils accompagnent. Grâce à leur regard critique lors de l’étude de notre dossier, ils nous ont permis de renforcer l’engagement de notre projet. En tant que partenaire, France Active renforce l’écosystème de l’Economie sociale et solidaire en crédibilisant des projets comme le nôtre. 


Site internet

A bénéficié du

Avec

plusieurs investissements d’un total de

395 000€

une garantie de

84 000€

une prime de

8 000€

A été accompagné par

France Active MPA Occitanie

Depuis 20211

Le regard de France Active



Hélène GAUTHIER
Coordinatrice financement chez France Active MPA Occitanie
En quoi la démarche de Mobidys répond-elle à la vision de l’engagement que porte France Active ?

Le principal engagement de Mobidys c’est l’inclusion, permettre à chacun avec un handicap ou non d’avoir accès à la culture et plus particulièrement aux livres. Que ce soit de la lecture plaisir, ou de l’accès à des manuels scolaires adaptés, Mobidys s’adresse à tous les besoins, tout en respectant la chaîne du livre. Au-delà du contenu, Mobidys permet de donner une chance à chaque enfant d’une même classe de progresser. En effet, les livres numériques sont de véritables aides à la compréhension et permettent de dépasser les différences. Le confinement a mis en évidence les limites des cours à distance et la nécessité de la digitalisation des supports en tenant compte des problématiques de chacun afin d’adapter les ressources scolaires.

Comment comptez-vous accompagner Mobidys dans la durée ?

La relation initiée avec Mobidys date de 2018. Nous avons accompagné l’entreprise dans les différentes étapes de son développement : amorçage avec la mise en place d’un prêt Pays de la Loire Engagé, à l’occasion d’un changement d’échelle, plus récemment en permettant à France Active de prendre part au capital de l’entreprise.

L’accompagnement mis en oeuvre est venu répondre aux besoins financiers, mais aussi aux besoins de conseil, notamment en mobilisant le Dispositif Local d’Accompagnement. Ainsi, nous avons pu apporter du conseil pour appuyer la mise en place d’une stratégie en termes de mangement adapté au changement d’échelle de Mobidys. Notre objectif est d’inscrire notre relation dans la durée.

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Du beau travail pour une essence noble

Claire LESTAVEL

Responsable administrative à Ambiance Bois

Travailler autrement

France Active nous accompagne depuis le début d’Ambiance Bois, il y a 35 ans. Au démarrage il s’agissait de garantir un prêt qui nous a permis de nous installer. France Active Nouvelle-Aquitaine reste à nos côtés pour financer nos phases de développement, cela a été le cas notamment pour l’achat d’une ligne de broyage qui nous a permis de valoriser nos déchets.


Faux-la-Montagne (Creuse)
Travailler autrement

Claire Lestavel est la responsable administrative d’une scierie-raboterie nichée à
Faux-la-Montagne dans la Creuse. Interrogée au sujet d’Ambiance Bois, elle ne parle ni d’elle ni de son parcours, mais d’une équipe. D’ailleurs, elle a été désignée par tirage au sort et n’est « que » la porte-parole d’une société au fonctionnement original. Elle évoque donc les ressources, l’organisation et les valeurs d’une entreprise créée en 1988 par un groupe de scouts qui voulaient travailler autrement. https://vimeo.com/900927932

Dans la forêt

Ambiance Bois est installée sur le plateau des Millevaches. Les créateurs ont fait le choix d’un territoire rural et sont parvenus à y insuffler de la vie grâce à l’activité économique et à l’emploi.

Aujourd’hui, Faux-la-Montagne compte moins de 400 habitants. Malgré tout et grâce à l’investissement de l’équipe d’Ambiance Bois, la commune a réussi à préserver des structures et des commerces essentiels : une crèche, une école, une épicerie-boulangerie, une pharmacie, etc.

Le site de la scierie n’a pas été choisi au hasard. La ressource naturelle est abondamment disponible sur les massifs alentour. Le travail de la société se fait donc en circuit court et sans intermédiaire : ceux qui participent à la récolte du pin Douglas ou du mélèze sont aussi les vendeurs de ces essences transformées, dont ils sont fiers.

SAPO, kézako ?

Dynamisation et éthique, les bases sont posées. Ne reste plus qu’à cocher la dimension sociale et solidaire. C’est chose faite, puisque Ambiance Bois est une SAPO, une société anonyme à participation ouvrière, un statut très peu répandu. Ce modèle a été choisi par les créateurs, car le rapport au travail leur paraissait tout aussi important que la qualité du produit fini.

Le statut de SAPO permet l’autogestion : les décisions sont prises collectivement. Les salariés ont voix au chapitre sur les prix, les plannings, le recrutement, et d’autres sujets qui les concernent en premier lieu.

Les salaires sont les mêmes pour tous, quels que soient l’ancienneté dans l’entreprise, le niveau d’études ou les compétences. En échange, une certaine souplesse et de la polyvalence, lorsqu’elle est possible, sont attendues. Bien sûr, les responsabilités sont partagées.

Dans cette aventure hors norme, l’activité fournie au quotidien est aussi importante que le capital investi : la répartition des dividendes se fait pour moitié aux actionnaires du travail et pour moitié à ceux du capital. France Active a soutenu financièrement Ambiance Bois lors de son installation puis au fil de son développement notamment pour l’achat de matériel. Elle a permis à la scierie-raboterie de poursuivre son évolution et de s’adapter aux nouveaux besoins, et donc de ne rien perdre de ce qui fait son originalité.

A bénéficié du

Avec

plusieurs investissements d’un total de

253 000€

plusieurs garanties d’un total de

64 000€

A été accompagné par

France Active Nouvelle Aquitaine

Depuis 2013


Site internet

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Redonner vie aux objets

Nicolas ALMODOVAR

Responsable de développement à La Collecterie

Économie circulaire

France Active nous a accompagnés à des moments-clés de développement de l’association, notamment par des moyens de financement, des facilités bancaires, des avances de subvention sur différents dispositifs, et ce depuis la création de La Collecterie.


Montreuil (Seine-Saint-Denis)
Économie circulaire

Nicolas Almodovar est responsable de développement au sein de La Collecterie, créée à
Montreuil, en Seine Saint Denis, par un collectif d’habitants en 2013. Celle-ci offre une autre façon de voir le monde et d’en consommer les ressources. Engagé d’un point de vue écologique, le lieu a aussi l’inclusion comme cheval de bataille. https://vimeo.com/907538228?share=copy

Le matériel

La planète ne peut produire indéfiniment autant de ressources que nous en dépensons. Cette idée fait son chemin dans les médias et dans les esprits. Des initiatives locales permettent à celles.eux qui le souhaitent de moins ou mieux consommer, de ne pas jeter ce qui peut encore servir.

Le travail de l’équipe commence par la collecte. Les habitants viennent déposer les objets qu’ils n’utilisent plus. Les apports sont triés, réparés et nettoyés afin d’être revendus.

Pour cela, l’association a besoin d’espace de stockage, mais également d’expertise. Il s’agit d’être organisés et d’avoir les compétences techniques pour redonner vie aux objets et aussi donner envie à de futurs acquéreurs.

Deux espaces, un magasin attenant à l’entrepôt et une boutique en centre-ville sont ouverts au public. Les objets upcyclées y sont revendus, à des prix solidaires.

L’humain

La Collecterie porte un atelier chantier d’insertion qui emploie aujourd’hui près de 70 salariés. L’association favorise l’accès à l’emploi à des personnes qui en sont éloignées.

Le lieu est idéal : la logistique, l’artisanat, la vente, l’animation font partie des savoir-faire indispensables développés au fil des années par la Collecterie. Elle offre donc une multitude d’activités favorisant l’acquisition de nouvelles compétences.

L’association a aussi la volonté de transmettre ses connaissances selon les principes de l’éducation populaire. Le but est de favoriser l’émancipation individuelle et collective, et bien sûr d’engager les citoyens sur le chemin de la transition écologique.

Des animations et des ateliers sont donc régulièrement proposés : initiation à la couture, création de luminaires, réfection de chaises, etc. Faire et échanger, se retrouver et prendre conscience des enjeux environnementaux : La Collecterie place les habitants de Montreuil au coeur de l’économie circulaire.

France Active est intervenue financièrement à des moments-clés de l’aventure pour permettre à des citoyens engagés de poursuivre cette initiative et de lui donner de l’ampleur.


Site internet

A bénéficié du

Avec

plusieurs investissements d’un total de

260 000€

de plusieurs garanties bancaires de

120 000€

A été accompagné par

France Active Ile-de-France

Depuis 2013

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Travailler et vivre en milieu rural

Nathalie MAGNET

Responsable d’équipe à l’ADMR Colline du Vivarais

Mieux-être pour tous

France Active et l’ADMR répondent aux mêmes valeurs, comme le lien social et l’ancrage territorial. La participation de France Active nous a permis de mettre le doigt sur nos difficultés et ainsi nous avons décidé de revoir notre organisation territoriale pour recréer du lien de proximité avec nos bénéficiaires, mais aussi avec nos salariés.


Aubenas (Ardèche)
Mieux-être pour tous

Nathalie Magnet est la responsable de l’ADMR les Collines du Vivarais, à Aubenas. Derrière ces quatre lettres se cache un réseau associatif d’aide à domicile en milieu rural. L’idée d’assistance à la population a commencé à faire son chemin après-guerre avec un double objectif : seconder les personnes dans leurs tâches quotidiennes et créer des emplois localement. C’est dans cet esprit que la structure ardéchoise fédère un groupe de salariés et de bénévoles qui intervient sur 40 communes et propose des services « du début à la fin de vie ».

Aider ceux qui en ont besoin

L’association albenassienne vient en aide aux seniors. Elle intervient à différents moments de la journée pour épauler les plus âgés dans leurs tâches quotidiennes. Ils conservent ainsi leur autonomie et donc leur qualité de vie.

https://vimeo.com/900927634?share=copy

L’ADMR intervient aussi auprès des familles pour la garde d’enfants, l’aide aux devoirs ou des questions liées à la parentalité. Les structures ressources étant rares alentour, l’association pallie un manque et permet à ceux qui le souhaitent de vivre à l’écart des grands centres urbains. L’association soutient ses bénéficiaires à travers : les courses, le ménage, la toilette et la préparation des repas.

Quels que soient l’âge, la situation familiale ou les difficultés des personnes aidées, le lien social prévaut. Les équipes de l’association offrent de la présence, un soutien émotionnel, des bavardages, des activités. Tout ce qui fait le sel de l’existence et permet de lutter contre l’isolement et la solitude.

Un travail qui fait sens

La structure compte 65 salariés et de nombreux bénévoles. Tous travaillent en étroite collaboration. Pour la responsable, il ne s’agit pas seulement d’être à l’écoute des bénéficiaires, il faut aussi s’impliquer auprès de ceux qui permettent à l’ADMR d’exister.

Un des objectifs de l’association est de proposer des emplois pérennes au personnel. Elle souhaite aussi favoriser la proximité des lieux de mission pour les intervenants dont les déplacements s’avèrent nombreux.

Cet objectif de bien-être au travail est très concret dans la liberté laissée pour la mise en place des plannings. Ce sont les équipes qui décident, ce qui en dit long sur la confiance accordée.

Les salariés élaborent les emplois du temps en fonction de leurs pairs et de leurs propres contraintes.

Avec l’appui de France Active, Nathalie Magnet est parvenue à pointer les difficultés de l’association et à engager des changements d’organisation afin de tisser des liens plus solides.

Tout ce qui rend le quotidien plus facile ne peut que favoriser le mieux-vivre de ceux qui travaillent et donc de ceux dont ils s’occupent : un bel exemple de cercle vertueux.


Site internet

A bénéficié du


Avec

un investissement de

30 000€

un prêt relance de

40 000€

une garantie bancaire de

20 000€

A été accompagné par

France Active Auvergne Rhône-Alpes
France Active en Drôme-Ardèche

En 2021 et 2022

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

L’ancrage dans le territoire

Audrey DENIS

Directrice du café-théâtre L’Imprimerie

Partager et faire vivre une communauté

L’aide apportée par France Active, ça a été déjà un regard professionnel et bienveillant sur le projet, et puis surtout, après, ils ont garanti mon prêt : il y avait beaucoup de matériel à acheter pour un café théâtre comme celui-ci. J’ai eu aussi la chance de bénéficier du programme Accès + qui est un petit boost financier pour les jeunes entrepreneurs et entrepreneuses de moins
de 30 ans.


Rive-de-Gier (Loire)
Partager et faire vivre une communauté

Audrey Denis est à la tête d’un lieu à la fois culturel et social, un lieu qui refuse d’être enfermé dans une catégorie trop précise qui ne dirait pas tout de ce qui s’y passe. Elle est la directrice du café-théâtre l’Imprimerie à Rive-de-Gier dans la Loire, à mi-chemin entre Lyon et Saint-Étienne. L’endroit lui ressemble : il est libre et engagé.

https://vimeo.com/900929798?share=copy

La liberté comme mot d’ordre

Audrey Denis n’a pas encore la trentaine lorsqu’elle répond à un appel d’offres afin de reprendre les rênes du café-théâtre l’Imprimerie. Pire, elle n’a pas la moindre expérience dans la gestion d’un tel endroit. C’est donc un défi audacieux qu’elle se lance.

Elle a une certitude : elle souhaite gérer sa propre structure. Elle veut décider de la programmation. Évidemment, elle devra respecter un cahier des charges, mais il restera une marge de manoeuvre qu’elle entend  bien combler par son énergie et par ses convictions.

Elle pense avoir deux défauts : être une femme et être jeune. Sa détermination suffit pourtant à convaincre puisque, en 2021, elle est sélectionnée. C’est le moment d’être à la hauteur du challenge.

Depuis, elle donne la parole à des artistes émergents ou confirmés qui ont des choses à raconter. Elle sélectionne des porteurs de messages.

La programmation est délibérément variée : concerts, pièces de théâtre et beaucoup de spectacles pour rire.

La partie café du théâtre est une buvette où on sert à boire et à manger. C’est surtout un espace pour se retrouver et partager. Elle le dit elle-même : « Le but ultime est de fédérer les gens. » Dont acte.

L’ancrage dans le territoire

L’Imprimerie n’est pas hors-sol. Le lieu est destiné à divertir et à rassembler les Ripagériens et les habitants de la vallée, tous ceux qui veulent chanter et danser, rire et pleurer, réfléchir aussi.

Parce que l’objectif est d’attirer tout le monde, la programmation est éclectique. Audrey Denis entend mélanger des communautés qui ont peu l’occasion de se croiser au quotidien. La directrice veille au grain : elle veut de la convivialité. Créer du lien est essentiel !

Elle fait d’ailleurs le choix de mettre le lieu à disposition, gratuitement, pour l’organisation de soirées et d’événements caritatifs.

L’ancrage local se mesure aussi aux partenariats menés avec les associations de la ville et
alentour. Cours, stages et ateliers réunissent régulièrement acteurs culturels et résidents. On se
croise dans les espaces de l’Imprimerie, il y a de la vie !

La restauration n’est pas en reste. Pour les boissons et autres produits proposés à la buvette, la collaboration se fait avec des acteurs présents sur le territoire. Des liens se créent naturellement puisque le circuit court est privilégié.

Au niveau de l’emploi, Audrey donne leur chance à des débutantes, entendre des femmes jeunes qui se lancent. Un peu comme elle il n’y a pas si longtemps.


Site internet

Zoom sur le programme Inclusion par le Travail Indépendant :

En mars 2021, France Active répond à un appel à projets lancé par le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion. A cette occasion, France Active enrichi son Pacte Création de nouveaux modules d’accompagnement à destination des entrepreneurs les plus fragiles autour de 4 thématiques :

  • la pédagogie financière (piloter sa trésorerie, gérer au mieux ses relations avec son banquier, tableaux de bord et outils de gestion, crowdfunding et analyse et gestion financière),
  • la protection et sécurisation (la prévention des risques, la protection sociale et juridique, la responsabilité civile, les cyber-risques)
  • la sensibilisation au numérique (pour la prospection, la notoriété…),
  • une sensibilisation à l’engagement.

Et pour les jeunes de 18 à 30 ans, une prime de 3 000€.

A bénéficié du

Avec

des garanties d’un total de

49 770€

une prime de

3 000€

A été accompagné par

France Active Loire

En 2021

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Comme un roman

Benjamin DUQUENNE

Directeur de Chouette Coop (ex. Book Hémisphères)

Donner une seconde vie aux livres

France Active Bretagne nous a accompagnés dans le cadre d’un DLA, Dispositif Local d’Accompagnement, (…) et a fait venir un cabinet de gestion pour nous montrer nos faiblesses et voir aussi quelles étaient nos forces pour pouvoir avancer dans l’activité. Ça a été extrêmement utile, sans ça je pense qu’on serait mort.



Kervignac (Morbihan) et Carhaix (Finistère)
Donner une seconde vie aux livres

Benjamin Duquenne a fait de sa passion pour les livres un métier. Il est aujourd’hui à la tête d’une entreprise locale engagée socialement. Si l’idée de vendre des livres semble simple, il a dû surmonter des obstacles pour créer un modèle de société qui porte ses valeurs.

Le long fleuve n’est toujours pas tranquille pour le dirigeant qui diversifie maintenant ses produits et se lance dans une nouvelle aventure avec Chouette Coop.

Prologue

Tout jeune, Benjamin Duquenne commence à accumuler les livres. Au fil des années, il se constitue une bibliothèque conséquente. Forcément, ça le fait réfléchir. Et s’il vivait de sa passion ?

En 2001, il crée Livrenpoche, un site spécialisé dans les formats poche d’occasion. Les piles de livres se multiplient, elles envahissent peu à peu toutes les pièces de sa maison, puis la maison de ses parents. Il doit acheter un premier entrepôt.

Le site internet propose des milliers de références dans tous les genres littéraires. Benjamin Duquenne reste proche des clients et leur apporte des réponses personnalisées. Livrenpoche trace sa route.

Seul bémol, l’activité professionnelle prend le pas sur la passion. En 2009, il se rend compte que la lecture lui échappe : il n’a plus le temps ni de lire ni de partager.

Le gérant de SARL crée alors Book Hémisphères. L’association à but non lucratif entend fédérer autour du livre en proposant des animations pour faciliter l’accès à la lecture et les partages.

L’idée d’un rapprochement entre les deux structures s’impose naturellement. Le format SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) semble adapté pour regrouper l’entreprise et l’association.

Nouveaux chapitres

Des obstacles émergent cependant. Comment associer des salariés et des bénévoles dans un projet commun ? Comment se sortir des difficultés administratives inhérentes à l’évolution des deux activités ?

Benjamin Duquenne frappe à la porte de France Active Bretagne qui l’accompagne dans le cadre d’un DLA, Dispositif Local d’Accompagnement. Un cabinet de gestion est missionné : il fait le bilan des faiblesses et des forces en présence. Une synergie se crée. Book Hémisphères, nouvelle version, sabre le champagne en 2019.

Les débuts sont difficiles, mais l’engagement de l’entrepreneur est sans faille. Il porte le projet à bras le corps et motive l’équipe. Jamais il ne perd de vue l’objectif principal : vendre des livres pour créer des emplois et aider à l’insertion. Il n’ambitionne pas de devenir Jeff Bezos. Pour lui la dimension territoriale prime. Le ton est donné.

Depuis le COVID, la concurrence est difficile à encaisser. Benjamin Duquenne doit s’engager sur la voie de la diversification.

Aux livres de poche s’ajoutent d’autres produits culturels : DVD, vinyles, jeux vidéos, etc. Mais aussi une recyclerie pour les vêtements et objets du quotidien. En dehors du site internet et des deux boutiques de Kervignac et Carhaix, il y a désormais des points de collecte qui permettent de couvrir une partie du territoire breton.

Pour fêter ces nouveautés, Book Hemisphères devient Chouette COOP. L’aventure continue.


Site internet

A bénéficié des


Avec

des garanties d’un total de

40 000€

des investissements d’un total de

55 000€

un accompagnement

DLA

A été accompagné par

France Active Bretagne

En 2020
En 2022

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Quand l’économie circulaire devient moteur de l’insertion

Ngoc-Lan LOI

Fondatrice de Les Valoristes

Association chantier d’insertion sur les métiers de l’économie circulaire

Je me suis rendu compte que certaines personnes sont exclues du marché du travail non pas par manque de volonté, mais en raison de difficultés réelles. Il suffit parfois d’un petit coup de pouce.



Quand l’économie circulaire devient moteur de l’insertion

Montreuil (Ile-de-France)
Association chantier d’insertion sur les métiers de l’économie circulaire

Depuis son lancement en 2021, l’association ‘’Les Valoristes’’ incarne une initiative axée sur l’économie circulaire et l’insertion. Fondée par Ngoc-Lan Loi, l’association poursuit deux missions majeures : l’inclusion de personnes éloignées de l’emploi et la transition écologique en favorisant des pratiques d’économie circulaire.

L’association Les Valoristes est un vecteur de sensibilisation et de formation, éclairant les plus jeunes comme les plus âgés aux enjeux de l’économie circulaire et de la préservation de la planète.

Ngoc-Lan, la fondatrice de Les Valoristes, a parcouru un chemin singulier avant de concrétiser son projet. Après des études d’arts, elle a travaillé dans divers secteurs tels que la restauration, la vente, l’assistanat et les ressources humaines. Parallèlement à ses 15 années d’expérience, elle s’est investie bénévolement auprès des personnes au chômage, découvrant ainsi le monde de l’insertion. Son engagement et son désir de contribuer à des projets d’utilité sociale l’ont dirigé tout naturellement vers les structures de l’Économie sociale et solidaire.

« Je me suis rendu compte que certaines personnes sont exclus du marché du travail non pas par manque de volonté mais en raison de difficultés réelles. » souligne-t-elle.

Concrètement aujourd’hui les Valoristes ce sont : des ateliers de sensibilisation à l’économie circulaire mais aussi de la collecte, du tri et le la réparation d’objets variés dans le but de réaliser du mobilier ou des accessoires upcyclés. Ces activités permettent à des personnes éloignées de l’emploi de reprendre confiance en elles et d’acquérir un bagage professionnel pour postuler ensuite dans les secteurs de l’artisanat, du bâtiment ou de la logistique.

 

Les débuts de l’aventure Les Valoristes ont été marqués par la détermination et la persévérance de sa fondatrice. Après des années d’hésitation, elle a concrétisé son rêve entrepreneurial grâce au programme Emergence de France Active qui lui a permis d’obtenir un premier financement, fournissant ainsi les ressources nécessaires pour lancer l’activité. Elle a de nouveau été soutenue par France Active dans la suite de son aventure lorsque l’association a eu besoin de déménager vers des locaux plus spacieux.

 

Le parcours des Valoristes n’a pas été sans défis. La première année a été difficile, cependant, l’association a persévéré. « Nous sommes passés de 1 salarié en mars 2023 à 16 employés neuf mois après » précise Ngoc-Lan.

 

Dans cette aventure entrepreneuriale, l’accompagnement de France Active n’a pas seulement été financier. La fondatrice déclare également y avoir puisé de la confiance, des encouragements et avoir bénéficié de mise en réseau avec des partenaires utiles à son projet. Cela a contribué à faire de cette initiative un projet florissant au service de l’insertion et de l’économie circulaire.

 

Conseil de Ngoc-Lan aux entrepreneurs
« Il faut oser se lancer. Même si tous les voyants ne sont pas au vert, il faut explorer des solutions alternatives pour réussir. Un second conseil que je partagerais, c’est de surmonter ses propres doutes, surtout en tant que femme. Nous avons tendance à nous imposer des limites, à penser que nous n’y arriverons pas, ce qui n’est pas vrai ». 

 

Actuellement, Les Valoristes s’investissent dans de nouveaux projets pour se diversifier. Ils développent notamment une activité axée sur le reconditionnement des équipements électriques et électroniques (D3E), offrant ainsi une nouvelle dimension à leur engagement pour l’économie circulaire.

 

Leurs adresses :

Campus : 2 rue Girard 93100 Montreuil

Espace de réemploi-décheterie de Montreuil : 120 rue Pierre de Montreuil 93100 Montreuil

 

 


Site internet

A bénéficié du



Avec

une prime Emergence de

10 000€

plusieurs investissements d’un total de

130 000€

une garantie de

24 000€

A été accompagné par

France Active Métropole

Depuis 2021

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories