fbpx

Faire de son restaurant un outil social et écologique

Nicolas JOSSE

Fondateur d’Altermarché

Restaurant – traiteur

Pour mon financement, j’ai pu compter sur plusieurs acteurs : France Active m’a soutenu à travers une garantie sur mon prêt bancaire et m’a aidé à construire mon business plan. Le Réseau Entreprendre®, m’a octroyé un prêt d’honneur et j’ai obtenu des subventions de la part de plusieurs financeurs.


Saint-Maur-des-Fossés (Val de Marne)
Restaurant – traiteur

Aujourd’hui, nous vous invitons à pousser la porte de ce restaurant, traiteur, champignonnière en proche banlieue parisienne. Le fondateur a souhaité faire de ce lieu de vie, un lieu d’inclusion sociale à travers l’insertion de personnes éloignées de l’emploi tout en restant très exigeant sur le choix des produits proposés. La carte est courte, les produits sont frais, locaux et de saison. Une belle histoire où écologie et social vont de pair.Tartinade végétarienne, poulet avec une sauce à la menthe et aux petits pois et tarte aux fraises de Seine-et-Marne, tel était un exemple de menu que vous pouviez déguster à la fin du printemps chez Altermarché. Au choix 4 entrées, 3 plats (viande, poisson et végétarien), 4 desserts : la carte change toutes les semaines en fonction des arrivages de produit de saison, bios et à 50% en circuits courts.
Altermarché est un restaurant traiteur, champignonnière et conserverie basé à Saint-Maur-des-Fossés. Sept salariés y travaillent dont deux en insertion. Ils vous proposent : petits déjeuners, plats, cocktail, buffet le tout en zéro déchet. « Nous sommes les seuls à avoir un tel niveau d’exigence : 95% de nos produits sont bios », précise Nicolas Josse, fondateur de la structure. Et leurs clients : WWF, Abbé Pierre, Confédération Paysanne, plusieurs associations qui interviennent dans le secteur de l’environnement, plusieurs marchés publics… reconnaissent la qualité des produits et leur savoir-faire.
Auparavant salarié d’une grande structure d’insertion et diplômé d’un CAP cuisine il y a 15 ans, Nicolas Josse a voulu changer d’air et réaliser son rêve d’enfant : ouvrir son restaurant.

La restauration est un secteur dans lequel il y a beaucoup de turn-over. « Au cours des deux premières années cela a été compliqué de stabiliser l’équipe. Mais depuis le début de l’année, j’ai de très bons collaborateurs. Je sais que je peux compter sur eux. » poursuit-il.
Des obstacles, il en a rencontré : « j’étais novice dans la profession et j’ai ouvert en 2021, en plein COVID. Si je n’avais pas eu mon apport personnel, la trésorerie n’aurait pas tenu. »

« Pour mon financement, j’ai pu compter sur plusieurs acteurs : France Active m’a soutenu à travers une garantie sur mon prêt bancaire et m’a aidé à construire mon business plan. Le Réseau Entreprendre® m’a octroyé un prêt d’honneur et j’ai également obtenu des subventions de la part de plusieurs financeurs.

Si je devais tirer un bilan aujourd’hui, je dirais que ce qui me rend le plus heureux est de pouvoir satisfaire mes clients tout en créant une bonne ambiance au sein de l’équipe avec laquelle je travaille chaque jour et servir de tremplin aux salariés en insertion.
Je n’avais pas mesuré l’immense charge de travail et l’impact physique et psychologique qu’un restaurant implique. C’est extrêmement éprouvant, mais j’ai le soutien de mes proches et notamment de ma conjointe. »

Un conseil pour un entrepreneur qui souhaite se lancer ?

« Je lui dirais de prendre le temps de contacter tous les partenaires du territoire, se faire connaitre. Et surtout aller voir les financeurs. Le fait de nouer un réseau de partenaires avec des connaissances interpersonnelles cela n’a pas de prix. L’humain est très important. »


Site internet

A bénéficié des



Avec

une garantie de

60 000€

des primes d’un total de

15 000€

A été accompagné par

France Active Métropole

Depuis 2016

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Redonner vie aux bâtiments vacants

Simon LAISNEY

Fondateur et dirigeant de Plateau Urbain

Mise à disposition d’espaces vacants pour des acteurs culturels, associatifs, et de l’Economie sociale et solidaire.

Nous cherchons à redonner vie aux bâtiments vacants.


Paris
Mise à disposition d’espaces vacants pour des acteurs culturels, associatifs, et de l’Economie sociale et solidaire.

Plateau Urbain est une coopérative d’urbanisme temporaire et transitoire qui propose des espaces de travail abordables, entre 30 à 70% en dessous du prix du marché immobilier classique, dans des lieux vivants et créatifs, propices aux projets communs. Organisée en coopérative (Scic), l’entreprise prend en charge aussi bien l’étude à la gestion de lieux que le montage de projets.

A travers le choix de ce statut elle fait participer aux grandes décisions toutes les parties prenantes du projet.
Pour aller plus loin dans son engagement, Plateau Urbain a mis en place des partenariats avec des acteurs de la solidarité comme l’association Aurore ou encore l’Armée du Salut. Ces structures apportent ainsi une partie hébergement aux tiers lieux solidaires que Plateau Urbain développe et permettent ainsi de loger des personnes sans abri ou aux demandeurs d’asile de bénéficier d’un nouvel espace.

Cette vidéo a été réalisée lors de la biennale de l’engagement en juin 2022 au cours de laquelle, Simon Laisney est intervenu pour une conférence “Sortons du blabla sur les territoires solidaires” aux côtés d’Antoinette Guhl (vice-présidente de la Métropole du Grand Paris) et de Laure Gayet (Approche.s !).
Simon Laisney, son fondateur et dirigeant, nous en parle.

https://vimeo.com/772096003

Site internet

A bénéficié des


Avec

plusieurs garanties d’un montant total de

60 000€

plusieurs investissements de

560 000€

A été accompagné par

France Active et France Active Paris

Dès 2018

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

L’alimentation au service de l’emploi des personnes en difficulté

Louise FOURQUET

Présidente et co-fondatrice de Baluchon

Restauration en insertion

Baluchon a trouvé chez France Active une compréhension des différents enjeux à chacun des stades de développement et de maturité de l’entreprise.

Romainville (Seine Saint Denis)
Restauration en insertion

Cette grande aventure a démarré en 2012 autour d’une vision de société : faire plus pour favoriser la création d’emploi pour les personnes en difficulté.

Cela passe notamment par une activité de traiteur avec des produits ultra-frais, prioritairement locaux et travaillés au rythme des saisons tout au long de l’année. Des personnes éloignées de l’emploi obtiennent des contrats courts (6 mois) qui peuvent être renouvelés jusqu’à une durée totale de 24 mois. Au cours de cette période, les personnes sont formées à un métier et vont bénéficier d’un accompagnement individuel et collectif pour construire leur parcours professionnel et retrouver un emploi sur le marché classique.

En 2019, 87% des personnes quittant un parcours d’insertion avaient une sortie positive.

https://vimeo.com/754376575

France Active a soutenu Baluchon à travers le dispositif Place de l’émergence. Vitamine T, acteur bien implanté dans le domaine de l’insertion, a servi de point de départ à l’aventure de la nouvelle entreprise en salariant une personne pendant toute la durée de l’étude de faisabilité.

Baluchon a également bénéficié de prêts garantis et de prêts participatifs mais au-delà de l’aspect purement financier, les conseils de France Active ont permis à l’entreprise d’avancer.

Enfin, Baluchon a trouvé chez France Active une compréhension des différents enjeux de développement et de maturité de l’entreprise et a su mettre en place les outils adaptés en termes de financements, garanties et conseils.


Site internet

A bénéficié des


Avec

plusieurs investissements d’un montant total de

400 000€

A été accompagné par

France Active Métropole (Garances)

En 2022

C’est ici ?

Autres stories


[related_post_fa posts_per_page="15" post_type="post" post_category="stories"]

Découvrez toutes les stories

Une gouvernance participative pour soutenir la transition écologique

Béatrice DELPECH

Directrice générale adjointe de la Licoorne* Enercoop

Fournisseur d’électricité verte locale et citoyenne

Notre statut coopératif nous permet de faire participer tout un chacun aux grandes décisions de l’entreprise.

Paris
Fournisseur d’électricité verte locale et citoyenne organisé en un réseau de 11 coopératives permettant de concrétiser l’ambition d’une transition énergétique locale et citoyenne.

L’énergie doit être un bien commun : c’est la vision des structures fondatrices d’Enercoop.
En 2005, au moment de l’ouverture à la concurrence des marchés de l’électricité, ces structures considéraient que l’énergie, ne pouvait être laissée uniquement aux mains des opportunités foncières et financières, sans souci des enjeux locaux et citoyens. En créant Enercoop, elles ont développé une alternative citoyenne.
Depuis l’origine, Enercoop achète au moins autant d’électricité renouvelable que n’en consomment ses clients, en se fournissant auprès de producteurs en France. Sa forme de société coopérative d’intérêt collectif (Scic) permet d’associer toutes les parties prenantes (clients, soutiens, collectivités, producteurs, salariés…) selon le principe « une personne, une voix ». Sa gouvernance est partagée, le fonctionnement interne repose sur les principes de l’holacratie et de la sociocratie. Cela contribue à une prise de décisions horizontale et participative qui implique tous les salariés. « Tout un chacun participe ainsi au projet et à la construction de la décision » précise Béatrice Delpech, directrice générale adjointe de la Licoorne Enercoop.

https://vimeo.com/748675272Cette vidéo a été réalisée lors de la biennale de l’engagement en juin 2022 au cours de laquelle, Béatrice Delpech est intervenue pour une conférence “Osons voir l’économie en grand !“ aux côtés de Laurent Laik (Groupe La Varappe), Jérôme Voiturier (Uniopss). *Les Licoornes :
À l’heure où les « licornes », startups du web valorisées à plus d’un milliard de dollars, monopolisent les marchés, les LICOORNES, alternatives coopératives, construisent un autre modèle économique, fondé sur un socle démocratique, collectif, écologique et solidaire, résolument tourné vers l’avenir.

9 coopératives (Citiz, Commow, Enercoop, Label Emmaüs, Modicoop, la Nef, Railcoop, Telecoop) constituent ce groupement sur ces sujets aussi vastes que la mobilité (autopartage, train…), la consommation responsable (vente et achat en circuit-court, direct producteur et/ou de seconde main), les énergies renouvelables, la banque, les télécommunications. L’objectif ? S’unir pour transformer radicalement l’économie.

Site internet

A bénéficié des


Avec

des investissements de

+ de 1 000 000€

A été accompagné par

France Active Investissement
France Active à Paris (PIE)

Dès 2016

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Réseau Cocagne cultive son impact social

Julien ADDA

Directeur du Réseau Cocagne

Réseau de fermes biologiques en insertion

Notre métier, c’est l’insertion avec une forte dimension sociale : nous voulons amener les personnes précaires, éloignées de l’emploi vers le monde de l’entreprise et faire que celui-ci travaille son « employeurabilité ».

Vauhallan (91)
Le réseau Cocagne est une association regroupant les Jardins de Cocagne et d’autres structures respectant une charte commune de production maraîchère au moyen de l’insertion par l’activité économique

Depuis ses débuts, France Active accompagne dans leur développement les Jardins de Cocagne et Réseau Cocagne, la structure qui les fédère. C’est tout naturellement que ce réseau associatif maraîcher s’est tourné vers nous pour leur évaluation d’impact social, nécessaire à leur croissance. Julien ADDA, quel est le métier de Réseau Cocagne .

Réseau Cocagne regroupe une centaine d’associations qui ont comme activité le maraîchage en insertion par l’activité économique. Notre métier, c’est l’insertion avec une forte dimension sociale : nous voulons amener les personnes précaires, éloignées de l’emploi vers le monde de l’entreprise et faire que celui-ci travaille son « employeurabilité ». Nous leur proposons aussi des nouvelles activités économiques d’ESS pour la transition écologique de l’alimentation. Félix, que vous inspire le projet de Réseau Cocagne ? C’est un modèle que j’aime bien prendre en exemple auprès de mes amis pour parler de ce que l’ESS sait bien faire. Les équipes de Réseau Cocagne portent l’innovation et un fort niveau d’engagement, bien avant que ces sujets deviennent des préoccupations relativement partagées. Ils déploient depuis très longtemps un modèle alliant l’agriculture biologique, l’insertion par l’activité économique et des paniers vendus directement aux consommateurs. Il y a aussi la dimension réseau et coopération. Dans sa structure même assez décentralisée et dans son fonctionnement interne où je peux voir que les débats sont bienvenus, Réseau Cocagne est un de ceux qui incarnent le mieux l’esprit démocratique de l’ESS.

Pourquoi s’être engagé dans une démarche d’impact social ?

Le sujet de « l’impact » est problématique pour les associations quand elles subissent une vision et une méthode qui ne relève pas de leur fonctionnement. Comment, dès lors, faire de l’évaluation de « l’impact » un outil au service du projet associatif ? La méthode VISES nous a permis de nous poser les bonnes questions au sein des groupes de travail animés par France Active. Nous avons coconstruit notre méthode d’évaluation d’impact social afin que chaque structure puisse trouver les bonnes réponses qui correspondent aux enjeux de son territoire.


Site internet

A bénéficié des



Avec

plusieurs garanties de

90 000€

plusieurs investissements de

180 000€

plusieurs primes de

93 000€

A été accompagné par

France Active (association nationale)

dès 2017

Le regard de France Active



Ruth MANLEY
Conseil et accompagnement chez France Active
En quoi la démarche de Réseau Cocagne est-elle exemplaire ?

Les Jardins de Cocagne font preuve d’un pluralisme d’action : par la mobilisation des citoyens autour d’une activité économique, ils accompagnent des personnes en situation de précarité, créent un lien de proximité entre producteurs et consommateurs, et préservent l’environnement. Le Réseau Cocagne est un bel exemple de l’économie solidaire en reliant l’économie, le social et l’engagement citoyen. Engager une démarche d’évaluation de son impact social est donc essentiel pour bien prendre en compte la richesse de son action. Julien, pourquoi s’être engagé dans une démarche d’impact social ? Le sujet de « l’impact » est problématique pour les associations quand elles subissent une vision et une méthode qui ne relève pas de leur fonctionnement. Comment, dès lors, faire de l’évaluation de « l’impact » un outil au service du projet associatif ? La méthode VISES nous a permis de nous poser les bonnes questions au sein des groupes de travail animés par France Active. Nous avons coconstruit notre méthode d’évaluation d’impact social afin que chaque structure puisse trouver les bonnes réponses qui correspondent aux enjeux de son territoire.

Comptez-vous généraliser cet accompagnement à l’évaluation de l’impact social ?

France Active investit la question de l’évaluation de l’impact social depuis 2018. Nous avons coconstruit la démarche VISES avec des partenaires de l’ESS, des chercheurs et des entreprises sociales et solidaires – il s’agit d’une démarche qui propose une méthode d’évaluation basée sur le dialogue et non sur les chiffres. Depuis 2020, France Active a accompagné une trentaine d’entreprises de l’ESS sur la méthode VISES. Notre ambition est de généraliser cet accompagnement au sein de notre réseau, embarquer nos partenaires, et ainsi proposer à encore plus de structures de l’ESS une démarche d’évaluation adaptée à leurs spécificités.

Félix BEAULIEU

Conseil et accompagnement chez France Active

Que vous inspire le projet de Réseau Cocagne ?

C’est un modèle que j’aime bien prendre en exemple auprès de mes amis pour parler de ce que l’ESS sait bien faire. Les équipes de Réseau Cocagne portent l’innovation et un fort niveau d’engagement, bien avant que ces sujets deviennent des préoccupations relativement partagées. Ils déploient depuis très longtemps un modèle alliant l’agriculture biologique, l’insertion par l’activité économique et des paniers vendus directement aux consommateurs. Il y a aussi la dimension réseau et coopération. Dans sa structure même assez décentralisée et dans son fonctionnement interne où je peux voir que les débats sont bienvenus, Réseau Cocagne est un de ceux qui incarnent le mieux l’esprit démocratique de l’ESS.

Au-delà de la démarche d’évaluation de son impact social, comment accompagnez-vous Réseau Cocagne dans son déploiement dans les territoires ?

Aujourd’hui le Réseau Cocagne est dans une belle dynamique de changement d’échelle, à la fois par le développement des jardins existants, et par une démarche encore plus pro-active de création de nouveaux jardins. Concernant le développement des jardins existants cela demande évidement des investissements matériels et immatériels, des plans de développement solides et un renforcement des capacités de gestion. Dans le cadre du Fonds départemental d’insertion (FDI) « exceptionnel » (aide du ministère du Travail), France Active est mandatée par le Réseau Cocagne pour accompagner une quinzaine de jardins dans leur développement à raison de 3-4 jours d’intervention par jardin. Cet accompagnement, qui se fait en complément du programme VISES, est déployé dans 12 associations territoriales.

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Le traiteur solidaire de produits bio et locaux réalisés par des personnes handicapées !

Olivier TRAN

Fondateur Biscornu

Entreprise adaptée

Le traiteur solidaire de produits bio et locaux réalisés par des personnes handicapées ! 50% de la production des fruits et légumes part à la poubelle ! Un épouvantable gaspillage que Biscornu a décidé d’éliminer…


Colombes, 92025
Entreprise adaptée

Témoignage – Olivier Tran

Présentez nous Biscornu

“Biscornu est une entreprise adaptée qui emploie des personnes en situation de handicap (autisme, trisomie, mal entendant…).

Ils réalisent des recettes de haut niveau, des recettes de chefs étoilés tout en participant à un modèle plus vertueux et qui ne dégrade pas l’environnement.

50% de la production des fruits et légumes part à la poubelle ! Un épouvantable gaspillage que Biscornu a décidé d’éliminer en ne sélectionnant que des fruits et légumes déclassés, aujourd’hui jetés. Tous les produits que l’on utilise sont de saisons, bio et sans conservateurs/nitrites/sulfites. Absolument rien n’est ajouté pour être le plus respectueux de notre santé.

Notre but en créant ce concept novateur est de faire du handicap une excellence en leur donnant de la visibilité.

Comment vous est venue l’idée de créer Biscornu ?

Biscornu c’est avant tout une histoire personnelle. Mon fils est porteur d’autisme sévère, on s’est vite confronté à des difficultés lorsqu’on cherchait des solutions de prise en charge. J’ai donc décidé de quitter ma carrière confortable pour trouver un chemin d’espoir pour ces enfants presques délaissés.

Ce que j’ai retrouvé dans la gastronomie c’est qu’elle permet un message universel. Nos enfants ont du talent et peuvent avoir un rôle à jouer dans ce domaine.”

Comment le Fonds Amorçage vous a aidé dans le développement de votre structure ? A-t-il été bénéfique pour vous ?

“J’ai connu le Fonds Amorçage par bouche à oreille, plusieurs connaissances m’ont parlé de France Active. L’accompagnement de France Active est idéal car cela nous a donné les moyens de lancer le projet en partant de zéro.

Le fonds Amorçage nous a permis de mettre un pied à l’étrier. Cet accompagnement est sérieux, les personnes qui y travaillent font une analyse juste et judicieuse avec l’envie de changer les choses. Aujourd’hui, un membre de France Active participe à nos comités de pilotage.

On a pu développer les premières recettes et d’engager les premières dépenses. Par la suite, on a recruté un chef qui a développé les premières recettes et commencer les premières réalisations de recettes en février.

Grâce à tout cela, nous avons pu rapidement nous positionner sur des appels d’offres de grandes entreprises, développer notre activité de traiteur dans des cocktails événementiels…

Aujourd’hui, vous pouvez retrouver les produits Biscornu aussi dans nos 7 points de vente en Île-de-France ou grâce à notre activité de traiteur pour vos événements.


Site internet

A bénéficié des



Avec

un investissement solidaire de

125 000 €

une garantie impact de

82 250 €

‘une prime UrgencESS de

8 000 €

A été accompagné par

France Active Ile de France et France Active Métropole

En 2020, 2021

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Les Hauts de Belleville – Laïcité, justice sociale, solidarité, ouverture au monde, droit à la culture.

Marnia BOUHAFS

Directrice Les Hauts de Belleville

Équilibre social

On parle souvent du travail, mais je pense que c’est le logement qui est la base pour faire de l’insertion.


Belleville – Paris
Équilibre social

Parcours de Marnia Bouhafs :


Marnia Bouhafs a une grande expérience dans l’encadrement de jeunes de tous horizons et dans l’animation de quartiers. Des domaines où elle peut exprimer son sens inné du relationnel et son empathie naturelle. Elle a dirigé plusieurs MJC, après avoir été éducatrice dans un collège, directrice de centre de loisirs et de colonies.

Marnia Bouhafs prend son poste de co-directrice de la MJC Les Hauts de Belleville en 2018 avec des idées précises en tête pour faire évoluer la structure. Elle s’appuie alors en 2019 sur l’expertise de Paris Initiative Entreprise (PIE) qui porte le DLA à Paris pour légitimer son projet, et sur les recommandations de Valérie Pilla, consultante RH missionnée par le DLA, pour réorganiser le temps de travail des salariés de l’association.

En quoi la MJC et la FJT facilitent l’insertion des jeunes qu’elles hébergent ? 

Depuis que je fais de l’insertion par le logement ici, je vois qu’une fois que le jeune
est bien chez lui, il peut commencer à travailler sur une structuration professionnelle.

Comme on est aussi une MJC, les jeunes qui vivent ici sont associés au quartier. J’ai envie
qu’on les considère comme les autres habitants, pas comme des jeunes en insertion qu’on aide. Bien sûr, on fait de l’accompagnement social, c’est notre métier, mais de façon à ce que le jeune ne s’en rende pas compte. On fait du sur-mesure.

On leur apprend à avoir confiance en eux. Il faut qu’ils
puissent se dire « j’ai 18 ans, j’ai un logement, je suis libre de mes choix ». Pour faire ça, il me faut plus que trois mois, ça prend du temps de les responsabiliser. »

En quoi le Dispositif Local d’Accompagnement vous a été utile ? 

J’aime travailler en coopération. Coline Lefebvre, la chargée de mission DLA qui a suivi le dossier chez PIE, puis Valérie Pilla, la consultante RH missionnée par le DLA m’ont mis d’avoir un regard extérieur sur le projet de restructuration.

Quelqu’un qui te dit : « attend là tu te plantes, regardes ce qui existe, est-ce que ça colle avec ce que tu veux ? », c’est une aide. Coline Lefebvre est venue faire une présentation devant le Conseil d’Administration.

Ils n’avaient pas forcément confiance à 100% en moi lorsque je suis arrivée et j’avais besoin de soutien, de quelqu’un de légitime pour porter mon projet.

Le DLA permet d’être accompagné par des personnes en contact avec l’ESS et ses problématiques. Le fait que ce soit PIE qui gère le DLA, ça a aussi été important pour moi !

A bénéficié du

Avec

un accompagnement

DLA

une

consultante experte

A été accompagné par

Paris Initiative Entreprise (PIE)

En 2020

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Une insertion pour tous… et toutes !

Véronique Saint-Aubin

Directrice générale de l’association SFM-AD
Centre social

Organisme de formation et ACI (Atelier-Chantier d’Insertion)

« Dans les familles, c’est encore très généralement les femmes qui ont la charge des enfants. On ne peut pas passer à côté de cette donne si on souhaite vraiment lever les freins à leur développement professionnel et social. »


Stains 93240
Organisme de formation et ACI (Atelier-Chantier d’Insertion)

Toute la carrière de Véronique Saint-Aubin est liée à SFM-AD. « J’étais, en effet, étudiante en mathématiques à Jussieu en 1980 quand j’ai décidé de faire du bénévolat pour SFM (Solidarité Français Migrants) qui donnait des cours de français à des femmes d’origine étrangère. Ça a été une révélation ! Et après deux années, j’ai souhaité me professionnaliser dans ce domaine et je suis devenue coordinatrice de l’association. » 

 

Une approche globale de l’insertion 

En 1995, SFM se dissout. Ne restent que les entités locales qui ont les moyens de se restructurer. Véronique est de l’aventure et devient la directrice de SFM-AD (Solidarité Formation Mobilisation Accueil et Développement), implantée à Stains. 

Aujourd’hui, l’association compte 80 salariés et accompagne chaque an près de 6 000 personnes du territoire – que ce soit individuellement ou en famille – au travers d’activités socio-éducatives et d’actions de formation et de qualification : cours de français, remise à niveau ou préparation aux concours de la fonction publique, au titre d’assistante de vie aux familles, au CAP Petite enfance ou Gardien d’immeuble, élaboration de projet professionnel, découverte des métiers, accompagnement des jeunes… 

 

Et les femmes dans tout ça ?

Parmi les publics accompagnés, près de 70 % sont des femmes. « Cela ne relève pas du hasard, confirme Véronique Saint-Aubin. C’est même dans l’ADN de l’association. En effet, quand SFM s’est créée dans les années 1970, beaucoup d’initiatives se lançaient pour donner des cours de français ou d’alphabétisation dans les foyers de travailleurs et les usines. Mais quasiment rien n’était prévu pour les femmes. Et pour cause, qui allait s’occuper des enfants durant ce temps ? » C’est pourquoi SFM s’est dotée très vite d’une éducatrice jeunes enfants et désormais SFM-AD compte quatre crèches (bientôt davantage) en Seine-Saint-Denis, ouvertes à au moins 30 % de familles en parcours d’insertion. L’association participe également à l’action expérimentale FMUP (Fais-moi une place), destinée aux parents qui cherchent rapidement un mode de garde pour leur(s) enfant(s), afin de leur permettre d’intégrer un parcours de formation/emploi. « Ainsi, s’occuper à la fois de formation, d’accompagnement, mais aussi de la garde des enfants représente un vrai levier pour lever les freins à l’insertion pour les familles – et tout particulièrement pour les femmes. »

 

Un partenaire de confiance

Durant tout son parcours à la direction de SFM-AD, Véronique Saint-Aubin a su compter sur le soutien de France Active : « C’est un vieux partenaire, avec lequel des liens de confiance se sont noués. Que ce soit pour nos besoins de trésorerie ou pour faciliter nos relations avec les banques. C’est un tiers très utile, car les finances ne sont pas notre cœur de métier. Et quand on monte un projet de près de 800 000 euros pour acheter et équiper les locaux d’une nouvelle crèche, c’est bien normal d’avoir des interrogations. Ils ont toujours été là pour nous apporter le bon diagnostic et la bonne expertise. On se sent beaucoup moins seuls ! » 

 

 

L’association SFM-AD a récemment bénéficié d’un investissement de 100 000 euros et d’une garantie Égalité Territoires sur un montant de 60 000 euros.

 

A bénéficié du

Avec

une garantie égalité territoires de

60 000€

un investissement de

100 000€

A été accompagné par

France Active Métropole

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Laplace to Be, petit par sa taille, grand par son potentiel

Valentine TÉZIER

Créatrice de Laplace to Be

Espace de coworking

Depuis ses 19 ans, Valentine Tézier à l’entrepreneuriat à cœur. Après des études de communication, elle commence sa carrière avec la création d’une agence événementielle avec une amie, une première expérience qui forge sa volonté d’entreprendre !

Arcueil 94110
Espace de coworking

L’entrepreneuriat à cœur
Au fil de ses rencontres avec des entrepreneurs, lui vient l’idée, avec son associé Jean-Luc Ebel, de créer “Laplace to Be”. Le concept est simple : Créer un espace dédié aux entrepreneurs désireux de travailler dans un espace stimulant tout en se dégageant des contraintes de gestion de locaux. Laplace to Be, propose ainsi une gamme de services variés : studio avec des outils pour digitaliser du contenu, espace événementiel, salles de réunion agiles…Laplace to Be pour l’engagement
Ce lieu de coworking s’engage à mettre en avant l’entrepreneuriat et bénéficie du soutien de “Réseau Entreprendre”. L’entreprenariat féminin est au cœur du projet avec la participation de Laplace to Be, au réseau “Bouge ta boîte” qui permet aux entrepreneures de se rencontrer et trouver des lieux stimulants des espaces dynamiques de rencontre et de coopération où travailler, favorisant l’émulation de projets. Face à l’isolement des étudiant, obligés de suivre les cours à distance lors des confinements, Laplace to Be permet un accès gratuit à l’espace de travail, une action concrète en faveur du renforcement du lien social durant cette période difficile en collaboration avec l’ESS Club.

France Active à la rescousse, pour la relance

Valentine signe le bail de Laplace to Be en mars 2020, s’ensuit la crise du Covid 19 et le confinement qui met en grande difficulté le lancement de ses projets. En effet, l’entrepreneure porte seule financièrement le projet qui connait des tensions croissantes sur sa trésorerie. Valentine prend alors attache avec France Active Métropole et accède à une Garantie égalité femmes pour faire face à la crise sereinement. En se portant garant, France Active a permis de sécuriser la situation de Valentine lui donnant les moyens de se concentrer sur le développement de ses bureaux partagés.

“Adam, mon conseiller de France Active Métropole, a été tout de suite très réactif pour m’accompagner, il a su me mettre en confiance en comprenant nos enjeux et l’importance de notre projet” précise-t-elle

Petit par sa taille, grand par son potentiel expérimental

L’espace est limité, mais il permet de développer la multitude d’idées que Valentine à en tête. Pour 2022, elle a créé un programme d’incubation de startups spécialisées dans le Numérique, en partenariat avec IMT Starter (porté par les écoles Télécom SudParis, Institut Mines Télécom Business School et ENSIIE, d’Evry), pour mettre à profit le réseau actuel au service d’entrepreneurs, et pour “stimuler” encore plus la communauté des coworkers.
Elle prend ces expériences comme un tremplin pour ouvrir plus tard un second lieu avec encore plus d’ambitions. Avec les co-travailleurs qu’elle a réussi à séduire avec le concept de Laplace to Be, elle souhaite voir plus loin, en co-construisant un nouvel espace avec eux. L’objectif demeure la création d’emplois sur son territoire, mais surtout de lien entre différents publics qu’elle accueille et accueillera !


Site internet

A bénéficié du

Avec

plusieurs garanties de

17 000€

A été accompagnée par

France Active Métropole

En 2021

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories