fbpx
Lise GERARD
export-blancshare-hover-full
Fondatrice de LilY Basic

Culottes menstruelles – 100% made in France

L’envie d’entreprendre, Lise Gérard l’a depuis le début de son parcours professionnel. Elle franchit le pas, courant 2019, avec la ferme intention de conjuguer entrepreneuriat et engagement. Et ce, autour d’un produit encore peu connu en France : la culotte menstruelle.

Innover pour et avec les femmes

Souffelweyersheim 67460
Culottes menstruelles

L’envie d’entreprendre, Lise Gérard l’a depuis le début de son parcours professionnel. « Après des études de commerce, une expérience de conseil en développement et marketing en Chine pour de grands groupes, puis en France pour de plus petites entreprises, j’attendais simplement le bon moment. » Elle franchit le pas, courant 2019, avec la ferme intention de conjuguer entrepreneuriat et engagement. Et ce, autour d’un produit encore peu connu en France : la culotte menstruelle.
Pour Lise, ce concept répond à deux de ses préoccupations essentielles. La santé des femmes, d’abord, car les protections périodiques traditionnelles comportent de nombreux composants toxiques et perturbateurs endocriniens. « Alors même que les industriels n’ont aucune obligation d’inscrire les composants sur l’emballage », rappelle-telle. Mais aussi dans une logique de réduction des déchets : « on oublie souvent que les serviettes hygiéniques et tampons jetables représentent 5 kg par an et par femme. Non recyclables, ils mettent 500 ans à disparaître… »

La co-création au féminin
De par son expérience personnelle, Lise est convaincue de l’utilité d’un tel produit. Néanmoins, elle veut avant tout s’assurer qu’il réponde aux vrais besoins des femmes. Elle lance alors un questionnaire pour mieux connaître leurs attentes en termes de protections périodiques. Et l’intérêt est réel : près de 380 femmes répondent, de toute la France, de tous les âges, dont 80 % plébiscitent le concept de la culotte menstruelle.
Lise conçoit alors les premiers modèles, co-créés grâce aux échanges avec cette communauté naissante, signant l’acte de naissance de LilY Basic.
« Nous avons abouti à des culottes élégantes, qui respectent les peaux sensibles et dans le respect à la fois de la femme et de l’environnement. Nous utilisons ainsi des matériaux différents des protections hygiéniques habituelles : pour l’extérieur, du modal, fibre végétale douce et soyeuse ; pour l’intérieur, de la pulpe d’eucalyptus, choisie pour ses qualités anti-odeur, anti-allergique, anti-bactérien et ses aspects éco-responsables. Nos culottes sont d’ailleurs labellisées OEKO-TEX®, c’est-à-dire sans produits toxiques, et le coton bio utilisé est certifié GOTS. »

Un projet responsable qui fédère
Au-delà de ces caractéristique techniques, Lise s’est lancée un autre défi de taille : une production 100 % française, mais sans pour autant alourdir le prix de vente. Au fil d’une intense prospection, elle rencontre un atelier du Nord de la France spécialisé dans la lingerie féminine et paramédicale qui, convaincu par le projet, décide de le soutenir.
Dans cette dynamique d’entrepreneuriat au féminin, Lise a également su compter sur le soutien de France Active Alsace, grâce à une garantie Égalité Femmes sur un prêt de 15 000 euros et lors de la semaine « Vis ma vie d’entrepreneure » organisée par l’association en avril dernier, Lise nous confit : « Grâce aux échanges avec les autres porteuses de projet, cette initiative m’a vraiment donné un souffle nouveau. Les échanges ne se sont d’ailleurs pas arrêtés au bout de la semaine. Nous sommes devenues un groupe solidaire. »
De quoi partir sur des bases solides. D’autant que Lise vient de clôturer une campagne de financement participatif qui a atteint 350 % de ses objectifs, avec près de 400 précommandes. La production peut être lancée : premières livraisons prévues en octobre.

A bénéficié

d’une garantie de
12 000€

A été accompagné par

France Active Alsace

En 2019

C'est ici

 

Autres Stories

Partager sur Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page