Johanna LE MAU
export-blancshare-hover-full
Gérante salariée de l’épicerie Ô Bocal

Épicerie en vrac

En tant que femme, jeune et entrepreneure, on déploie d’autant plus de courage, d’énergie et de créativité. C’est ce que nous avons fait avec Ô Bocal qui incite à transformer nos modes de consommation.

Transformer nos modes de consommation, c’est possible

Nantes 44000
Épicerie en vrac

À peine lancée dans la vie active en tant que chargée de marketing et commerciale, Johanna Le Mau est très vite attirée par une tout autre aventure. Très impliquée dans le milieu associatif pour promouvoir le zéro déchet et lutter contre le gaspillage alimentaire, elle décide de concrétiser son engagement en ouvrant Ô Bocal, en 2016 avec deux autres entrepreneures. Le concept ? En plein centre-ville de Nantes, cette épicerie fait rimer bio, vrac, local, circuits courts, aliments secs et frais, produits d’hygiène et d’entretien, accessoires zéro déchet, etc.

Avant de se lancer, les fondatrices ont dû dépasser quelques a priori. « Trois femmes, jeunes, sans expérience d’entreprenariat… forcément nous nous sommes confrontées à des clichés, notamment chez certains banquiers », se souvient Johanna Le Mau. Mais convaincues de la pertinence de leur projet, elles le structurent pendant plus d’un an au travers d’une étude de faisabilité. Elles rencontrent alors l’incubateur nantais engagé dans l’Économie sociale et solidaire, Les Ecossolies, qui les met en relation avec France Active Pays de la Loire (ex-Fondes). « La Garantie Égalité Femmes (ex-FGIF) à hauteur de 70 % sur notre prêt a été déterminante pour la suite. Grâce à elle et à la confiance qu’elle a instaurée, aucune caution personnelle n’a été demandée sur les 30 % restant. C’est fondamental quand il s’agit de se lancer. S’en est suivi également un accompagnement par France Active d’un an pour nous conseiller, orienter et rassurer. » Ce départ a été également consolidé par une campagne de financement participatif, un mois avant l’ouverture, qui leur a permis de collecter près de 12 000 euros supplémentaires.

Deux ans après, un premier bilan très positif peut être tiré. Johanna, désormais seule gérante salariée, est entourée d’une équipe 100 % féminine de trois personnes en CDI, ainsi que d’une stagiaire en alternance et d’une personne venant en renfort ponctuel – soit un effectif supérieur aux estimations initiales du budget prévisionnel. Ayant trouvé son modèle et sa clientèle, le projet ne cesse d’ailleurs de se développer et d’étoffer son offre. Comme, par exemple, à l’été 2018 avec le lancement d’un nouveau service de préparation en bocaux consignés à destination des professionnels (Cafés Hôtels et Restaurants, associations, entreprises ou événementiel). Et les perspectives ne s’arrêtent pas là. Ayant à cœur de créer un véritable réseau des acteurs de l’épicerie en vrac et du zéro déchet en région et à l’échelle nationale – comme avec le Réseau Vrac –, Johanna et son équipe restent à l’affût de toutes les innovations en la matière.

A bénéficié

d’une garantie de
39 000 €

A été accompagné par

France Active Pays de la Loire

En 2016

C'est ici

 

Autres Stories

Partager sur Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page